Découvrez
Ajoutez à vos favoris
Recommandez LB
le Louvre avec la Bible
default|default.titre
default|default.titre
S'inscrire à la newsletter !
www.louvrebible.org
Mésopotamie archaïque
Mésopotamie
Assyrie Ninive
Arslan Tash Til Barsip
Iran Palais de Darius
Phénicie Arabie Palmyre
Syrie côtière
Ougarit Byblos




  Démon Humbaba      AO 9034

Richelieu salle 3 vitrine 6 (32)

Démon, Halloween et fête des morts


Souvent figuré de façon repoussante,
ce démon était censé protéger contre
les influences maléfiques.

Ses représentations étaient souvent placées
à l’entrée des édifices.

Dans la religion de Babylone, au-dessous des dieux se trouvaient les ‘ démons ’, terme générique qui n’existe pas en sumérien ni en akkadien. A170

Ils possédaient le pouvoir d’affliger les hommes
de toutes sortes de maladies. Partout on priait
les dieux en les suppliant d’aider les hommes
à leur résister.

 Démon Humbaba et Démons dans la Bible

Dans les Ecritures grecques, on ne retrouve qu’une fois le mot courant qui signifie démon (daïmon) en Matthieu 8:31 ; ailleurs figure le mot daïmonion. Il a un sens étendu et concerne l’ intervention de puissances supérieures, dans le bien comme dans le mal. Le mot grec pneuma, qui a le sens d’esprit, désigne parfois des esprits méchants comme en Matthieu 8:16.
 

« Ce sont des êtres à part,
regroupés en catégories diverses, selon leur ‘ spécialité ’,
parfois des ‘ forces mauvaises ’,
maladies ou catastrophes,
plus ou moins personnalisées. ».

Jean Bottéro

  L’apôtre Paul chassa d’une servante
 « un esprit, un démon de divination A171,

qui procurait un bon gain à ses maîtres en pratiquant l’art de la prédiction ».
 (Actes 16:16).
La Loi de Dieu interdisait formellement
les contacts avec les démons.
 
« Il ne se trouvera chez toi personne qui exerce la divination, aucun magicien, (…), ni sorcier, ni personne qui consulte un médium, ou quelqu’un qui fait métier de prédire les événements.» - Deutéronome 18:11.
 
  Statuette du
démon assyrien Pazuzu
     MNB 467

Richelieu salle 6 vitrine 4

Cette œuvre est un magnifique témoignage
de l’art du bronze des Assyriens.

L’aspect terrifiant de ce monstre hybride se veut
l’expression de sa puissance maléfique. Sa queue
de scorpion, son faciès monstrueux, ses ailes et
ses serres de rapace suggèrent son appartenance
au monde surnaturel.

Une inscription identifiant Pazuzu couvre l’arrière
des ailes. ‘ Roi des mauvais esprits des vents ’,
il est notamment responsable de la propagation
des épidémies.

Les pratiques et les croyances religieuses assyriennes étaient presque identiques
à celles de Babylone.
 
Tout comme il existait des triades de divinités, il y a aussi des triades de démons. Des statuettes à l’effigie de Pazuzu, époux de Lamashtu, étaient suspendues aux chevets des femmes enceintes pour les protéger. On note ici l’anneau au sommet de la tête.
 

« Nous avons à lutter […]
contre les maîtres mondiaux
de ces ténèbres,
contre les forces
spirituelles méchantes
dans les lieux célestes ».

Ephésiens 6:12.

  Ne pas croire aux démons ou penser que jouer
avec des dragons ou des elfes virtuels
est sans danger,

c’est ne pas tenir compte de ce que dit la Bible.

Elle enseigne clairement la notion de
créatures spirituelles méchantes détentrices
de pouvoirs supra-humains.

 La fête d'Halloween célèbre ouvertement les démons

De toutes les fêtes christianisées, Halloween, ‘ veille de tous les saints ’, est sans doute celle dans laquelle ‘ le chef des démons ’ (Luc 11:15) s’honore aussi ouvertement. Une partie des coutumes qui la caractérise peuvent être rattachée à une cérémonie druidique. C’est aussi la nuit de Samain, Seigneur celte de la mort, dont on célébrait la fête à la pleine lune la plus proche du 1er novembre. A172, A173
 

« La fête nominalement
chrétienne des morts n’est
qu’une ancienne fête païenne
des morts sur laquelle
l’Eglise résolut
de fermer les yeux
par politique. »

Frazer, Le rameau d’or
  La fête des morts fut ainsi graduellement incorporée aux rites chrétiens A174, A175, A176

« Certaines croyances populaires liées au jour des morts sont d’origine païenne.

Voilà pourquoi dans de nombreux pays catholiques les paysans croient que les morts reviennent dans leurs anciennes demeures la nuit du jour des Morts et partagent la nourriture des vivants. »
 
Selon Jean Markale, spécialiste français des Celtes, Samain semblerait être plutôt le nom de cette fête célébrée en l’honneur de Lug, dieu de lumière. Quand ils se rendent de maison en maison, déguisés en fantômes ou en sorcières, en exigeant des friandises et en agitant la menace d’un mauvais tour, les enfants perpétuent sans le savoir les rites anciens de Samain.

J. Markale fait ce commentaire : « En recevant quelque chose de leurs mains, ils établissent un échange fraternel entre le monde visible et invisible. C’est pourquoi les mascarades d’Halloween sont en fait des cérémonies sacrées ».
 
Une commémoration régulière
fut instituée le 13 mai 610 lorsque
le pape Boniface IV consacra
le Panthéon à Marie et à tous les martyrs. Ainsi les dieux romains
du passé laissaient-ils la place
aux saints de la religion triomphante.
Le changement de date en faveur du mois de novembre survint sous le pape Grégoire III (731-741), qui ordonna
que tous les saints connus et inconnus
soient honorés le 1er novembre.
  Nul ne connaît la raison exacte de sa décision.

Samain resta une fête populaire chez les Celtes tout au long de la christianisation de la Grande-Bretagne.

La commémoration britannique de la Toussaint aurait été à l’origine de l’adoption universelle
de cette fête par l’ Eglise chrétienne.
Pour ce qui est du jour des morts, ce sont
les moines de Cluny qui au XIe siècle fixèrent
la date de sa célébration au 2 novembre.
 
 
Paris   5ème arrondissement
 
 

 





Carte Chronologie Début du départementSceau cylindre de roi prêtreAntiquités EgyptiennesAntiquités Romaines Haut de page