Découvrez
Ajoutez à vos favoris
Recommandez LB
le Louvre avec la Bible
default|default.titre
default|default.titre
S'inscrire à la newsletter !
www.louvrebible.org
Mésopotamie archaïque
Mésopotamie
Assyrie Ninive
Arslan Tash Til Barsip
Iran Palais de Darius
Phénicie Arabie Palmyre
Syrie côtière
Ougarit Byblos




 

Stèle du « Baal au foudre »     AO 15775

Sully Levant salle B



Ce relief est l’une des plus remarquables
figurations de Baal-Hadad
,
‘ Chevaucheur des nuées ’ et
‘ Seigneur de la terre ’.

Le dieu de l’orage brandit de la droite
la masse qui fracasse les nuages ;
l’éclair accompagne les averses orageuses
qui fertilisent la campagne. A2119

La divinité suprême de ce panthéon
de plus de 200 dieux et déesses était El,
représenté sous les traits d’un vieux sage
à barbe blanche, et volontiers éloigné
des humains à l’inverse de Baal. A295

 Le Baal au foudre, remarquable figuration de Baal-Hadad

Pour les Cananéens, seul Baal pouvait les préserver de la sécheresse et de la mort, incarnée par le dieu Môt. Il semble que la religion ougaritique présentait de nombreuses similitudes avec celle des Cananéens voisins.
 
 
Les textes de Ras Shamra attestent
des effets dégradants du culte de
ces divinités, l’accent étant porté
sur la guerre, la prostitution sacrée
et le sexe, avec l’avilissement
social qu’on imagine.
 

A Ougarit,

on est loin du sommet
 moral, éthique,
atteint dans la Bible.

 
Dés lors, les lois données à l’Israël antique, qui condamnaient notamment la magie et l’astrologie A290, la bestialité (Lévitique 18:23) ou la lacération rituelle (1 Rois 18:26 ; Lévitique 19:28), étaient comme un rempart contre la bassesse du culte de Baal.
 

A de nombreuses reprises le texte biblique mentionne « les Baals et les images d’Ashtoreth », que les Israélites servirent après avoir abandonné YHWH (1 Samuel 12:10).

Cette appellation générale s’applique aux divinités
du panthéon ? cananéen,
dont l’iconographie et l’onomastique sont
actuellement mieux connues.

Le texte de Juges 10:6 confirme l’exactitude
des données géographiques :
« Ils se mirent à servir […] les dieux de Syrie,
de Sidon [Phénicie], de Moab, des fils d’Ammôn [Jordanie], et des Philistins ».  A291

Stèle représentant le dieu de l’orage Adad   
AO 13092

Epoque de Teglat-phalasar III     744 - 727 av J.-C.

Richelieu Mésopotamie salle 6
 
Le terme habBaal est appliqué à ces faux dieux.

L’expression habBealim (les Baals) se rapporte
aux diverses divinités locales considérées comme
des ‘ propriétaires ’ ou des ‘ seigneurs ’.
Le mot apparaît une seule fois dans
les Ecritures grecques où il est précédé
de l’article féminin (Romains 11:4).
Commentant cet emploi, John Newton dit
que « dans le culte licencieux de ce dieu androgyne,
les hommes portaient des vêtements féminins,
tandis que les femmes étaient habillées en hommes
et brandissaient des armes » A292

La Bible établit à plusieurs reprises un rapport
entre les corps célestes et le culte de Baal.
- 2 Rois 17:16.
 
Baal brandissant le foudre     AO 11598 

XIVe - XIIe siècles avant J.-C. ,  port d'Ougarit
salle B vitrine 8

Baal brandissant le foudre

 
Cippe     AO 4818

Sully salle 18 b
 
La dédicace bilingue en grec
et phénicien, de cette petite
colonne en marbre,
« A Melquart, Baal de Tyr »,
est à l’origine du déchiffrement
du phénicien-punique en 1758.

Sous l’influence de sa femme païenne
Jézabel, le roi Achab introduisit
en Israël un culte de Baal différent :
celui de Melqart, le Baal de Tyr. 
1 Rois 16:30-33

Josèphe parle d’Ethbaal, père
de Jézabel, sous le nom d’Ithobal
et précise qu’il fut d’abord prêtre
d’Astarté avant d’assassiner le roi pour
le remplacer sur le trône. A294

 Les Hébreux apprirent le culte de Baal
par les agriculteurs cananéens

Les Hébreux apprirent le culte de Baal par les agriculteurs cananéens.
(Juges 2:11).

Au début de la saison des pluies,
le retour à la vie de Baal
pour retrouver le trône et pour
s’unir à sa parèdre était célébré
par des rites de fécondité immoraux,
caractérisés par des orgies sexuelles
sans bornes. A293  A2110
Terres de Moab au sud de l'Arnon      
www.biblélieux

 Culte de Baal, orgies et rites sexuels

Cette lutte spirituelle ayant pour enjeu le cœur des Israélites dura des siècles, depuis l’arrivée dans les plaines de Moab jusqu’à la déportation à Babylone. D’un côté la crainte superstitieuse et les rites sexuels, de l’autre la foi et la fidélité envers le vrai Dieu. Un conflit qui sert d’exemple et d’avertissement pour le chrétien. - 1 Corinthiens 10:11.

On a pu noter des similitudes entre les textes de Ras Shamra et la Bible. Mais ce rapprochement est purement littéraire et non spirituel. A Ougarit, on est loin du sommet moral, éthique, atteint dans la Bible.
Voir aussi :
> Ougarit

 

 vue de la salle B , Sully Levant

 

 





Carte Chronologie Début du départementSceau cylindre de roi prêtreAntiquités EgyptiennesAntiquités Romaines Haut de page