Découvrez
Ajoutez à vos favoris
Recommandez LB
le Louvre avec la Bible
default|default.titre
default|default.titre
S'inscrire à la newsletter !
www.louvrebible.org
Mésopotamie archaïque
Mésopotamie
Assyrie Ninive
Arslan Tash Til Barsip
Iran Palais de Darius
Phénicie Arabie Palmyre
Syrie côtière
Ougarit Byblos




  L’empereur Constant Ier ?

Cp 6399

Denon salle 29


Chrétienté ou christianisme originel ?


Premier empereur romain
à gouverner au nom de Christ,
Constantin le Grand (306-337) traça
avec l’habilité d’un politicien rusé
la voie qui aboutit à la victoire définitive
de la chrétienté à la fin du IVe siècle. AR112

Constant est l'un de ses fils. AR114

Il a régné de 337 à 350.

 Constantin, chrétienté et christianisme originel

En 312, à la veille d’un combat contre Maxence, son rival italien, Constantin prétendit avoir reçu en rêve la consigne de peindre les deux premières lettres du nom Christ (XP en grec) sur les boucliers de ses troupes.

Selon la légende, une croix de feu lui serait apparue portant les mots latins In hoc signo vinces, ce qui signifie « Par ce signe tu vaincras ». Ce monogramme du Christ est le tout premier usage connu de la croix par des chrétiens de nom.

Constantin : le premier empereur romain
à gouverner au nom de Christ

La croix AR93 que Constantin aurait vue et utilisée comme son étendard, ou labarum, n’était pas la croix latine mais les lettres khi (X) et rô (P) superposées.

Ce signe se retrouve sur les nombreuses pièces de monnaie que cet adorateur du soleil a fait frapper.

Il pourrait être le symbole du culte solaire mais d’autres l’identifient au chrisme, le monogramme du Christ.

Il est admis que la croix n’est devenue le principal emblème de la chrétienté qu’après l’époque de Constantin.
 

Mosaïque funéraire de Karthago
MND 576

Denon  Rez-de-chaussée  salle 28
 
En 321, Constantin édicta la première loi instituant le dimanche, ou dies solis. Il fit de l’observance de ce jour consacré au dieu romain soleil sol, dont la croix était l’emblème, une obligation légale AR90.

Il n’a d’ailleurs jamais renoncé au culte du soleil AR106 et a continué de le faire figurer sur ses monnaies. Il se borna à reconnaître le christianisme comme religio licia, religion autorisée. La division doctrinale de l’Eglise l’inquiétait car il voyait là une menace pour l’unité de l’empire.

La chrétienté : une force de cohésion
dans un monde en dissolution

En sa qualité de Pontifex maximus,
grand prêtre de la religion païenne,
il présida le premier concile œcuménique
convoqué à Nicée en 325.  AR117

C’est lui qui proposa la formule capitale,
‘ de même substance que le Père’,
exprimant la relation du Christ à Dieu
dans le Credo du concile. AR113
 

Après Constantin,
la chrétienté deviendra

une force de cohésion dans
un monde en dissolution

mais surtout une forme altérée
du christianisme originel

Une religion d’Etat, aux antipodes du culte chrétien

Les bases du dogme de la trinité, un terme qui ne figure nulle part dans la Bible, étaient ainsi posées. Constantin s’est converti sans doute pour des raisons plus politiques que religieuses. Les crimes familiaux qu’il a commit indiquent qu’il était strictement imperméable à l’influence spirituelle du christianisme.

Il ne reçut le baptême que sur son lit de mort. Eusèbe dit que « ce geste n’a rien de significatif car la veille il avait fait un sacrifice à Zeus ». AE75  AE76

Après Constantin, la chrétienté deviendra certes une force de cohésion dans un monde en dissolution mais surtout une forme altérée du christianisme primitif. Jésus et ses apôtres avaient annoncé une telle dérive. AR115 AR91Matthieu 13:36; 2 Thessaloniciens 2:3, note.

Une forme altérée du christianisme originel

  L’absolution de Théodose     INV. 8005

Sully 2è salle 43
Ce tableau évoque le pardon accordé
par l’évêque de Milan Ambroise à l’empereur
Théodose (379-395) qui se repent d’avoir
fait massacrer 7000 citoyens insurgés
de Thessalonique. AR116

A la mort de ce dernier souverain de l’Empire
romain unifié, la rivalité religieuse
entre Rome  et Constantinople
s’accentuera avec le schisme d’Orient.

Par la suite le titre Pontifex maximus
sera naturellement attribué en Occident
aux papes, dont les fonctions en tant
qu’administrateurs de la loi religieuse
ressemblent étroitement à celles
de l’ancienne prêtrise romaine ;
d’où l’emploi actuel du terme ‘pontife’.
 
Sous Constantin, le christianisme et l’Empire romain étaient alliés. Sous Théodose ils furent unis. La foi catholique était devenue la seule religion autorisée par les Romains. AR92

Cette religion d’Etat était aux antipodes du culte pratiqué par les premiers disciples de Jésus, qui leur avait dit : « Vous ne faites pas partie du monde ». – Jean 15:19.
 

 





Carte Chronologie Début du départementSceau cylindre de roi prêtreAntiquités EgyptiennesAntiquités Romaines Haut de page