Découvrez
Ajoutez à vos favoris
Recommandez LB
le Louvre avec la Bible
default|default.titre
default|default.titre
S'inscrire à la newsletter !
www.louvrebible.org
Mésopotamie archaïque
Mésopotamie
Assyrie Ninive
Arslan Tash Til Barsip
Iran Palais de Darius
Phénicie Arabie Palmyre
Syrie côtière
Ougarit Byblos




Cylindre de Gudéa

MNB 1511


Richelieu salle 2 vitrine 5

La Bible et les fêtes du Nouvel An


Ces deux cylindres d’argile conservent l’histoire de la construction du temple de Ningirsu.

Le cylindre B nous apprend que ce dieu
vivra désormais dans son sanctuaire avec
son épouse, auprès de laquelle,
à chaque nouvel an, au cours de la
cérémonie du Mariage Sacré, il renouvellera l’enfantement du monde et fera repartir
le Soleil pour une nouvelle course annuelle.

 Cylindre de Gudéa et jour de l'an

La date du Nouvel An varie dans le temps et suivant les pays, mais on note toujours d’étroites et surprenantes analogies dans les coutumes liées à cette célébration. A137
 
Rituel du Nouvel An à Babylone     MNB 1848     depuis juin 2015, nouvelle vitrine salle 6

La tablette décrit une grande partie des cérémonies qui se déroulaient au début de chaque année. C’est la plus ancienne mention d’une fête du Nouvel An que nous connaissions.

A Babylone l’année commençait vers l’équinoxe de printemps au mois de mars. La fête du Nouvel An, l’Akîtu, la plus importante et la plus solennelle du calendrier babylonien résultait de la confluence de deux courants de pensée religieuse : un culte de la fertilité qui se rattachait au rite du ‘mariage sacré’, et un concept cosmogonique qui impliquait une remise en cause annuelle de l’ordre du monde.
 
 
 
Les 11 jours de fête étaient centrés sur
le culte de Mardouk. Tous les grands dieux
du pays, par le biais de leur statue de culte,
venaient lui rendre hommage A139 .
Les cérémonies incluaient des rites
de caractère magique et d’exorcisme
pour expulser les « démons du chaos ».
Parmi les temps forts de la fête prenait place
la récitation et la mise en scène
du Poème babylonien de la création.
  Une allusion à la procession de l’Akîtu
est faite en Isaïe 46:1 :
« Bel s’est courbé, Nebo s’effondre.
Leurs idoles sont confiées aux animaux
et aux bêtes de somme. »

Ces dieux ne seront plus transportés
avec honneur mais traînés comme
de vulgaires bagages.
 
Le 8ème jour marquait le début officiel de l’année. Les rois étaient alors intronisés lorsqu’ils prenaient la main de la statue d’or de Mardouk. A140

Cette célébration d’un Nouvel An se retrouve
en Egypte puis à Rome

Hâpy     E 4874

Sully R.d.C salle 3 vitrine 4

Représenté avec une poitrine généreuse et un abdomen volumineux, ce génie de la crue du Nil est coiffé de trois papyrus A141 émergeant de l’eau. Le Jour de l’An, que tout Egyptien respectait, était celui des temples et des campagnes lorsque Hâpy, l’Inondation, commençait à se répandre sur les terres. Il coïncidait avec les moments les plus chauds de l’année.
Souverains et prêtres transportaient la statue du culte sur la terrasse du temple afin de célébrer le renouveau du cycle annuel A142. Parents et amis échangeaient des cadeaux, notamment de petits vases remplis de l’eau sainte du Nil.
 
 
Au Moyen âge, la plupart des pays européens utilisaient le calendrier julien et fêtaient le jour de l’an le jour de l’Annonciation, le 25 mars. Le nouvel an juif a pour nom Rosh ha-Shana et célèbre la Création. Le passage scriptural le plus marquant de la liturgie est celui de la ligature d’Isaac sur l’autel (Genèse 22). Les peuples anciens chassaient souvent les démons avec du bruit le jour de la nouvelle année. Les juifs ont transformé cette pratique et soufflent dans le shofar pour préfigurer le jour où Dieu détruira le mal dans le monde. Les Chinois fêtent le nouvel an entre le 10 janvier et le 19 février. Chacun des douze animaux du zodiaque est associé à une nouvelle année.
 
Tête janiforme     Br 551

Sully 1er  salle 32 vitrine E1


Cette tête couronnait probablement une hampe de bois. Janus, un des plus anciens dieux romains, était représenté avec deux visages opposés, regardant l’un vers l’avant, l’autre vers l’arrière.

En 46 av.n.è. Jules César décida que le 1er janvier serait le Jour de l’An. Les Romains dédiaient ce jour à Janus, le dieu des portes et des commencements. Le mois de janvier lui doit son nom.

En 487 de n.è., l’Eglise chrétienne sanctifia le Jour de l’An. A143
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 





Carte Chronologie Déluge et GilgameshFigurines Plaquettes ou teraphimAntiquités EgyptiennesAntiquités Romaines Haut de page