Découvrez
Ajoutez à vos favoris
Recommandez LB
le Louvre avec la Bible
default|default.titre
default|default.titre
S'inscrire à la newsletter !
www.louvrebible.org
Mésopotamie archaïque
Mésopotamie
Assyrie Ninive
Arslan Tash Til Barsip
Iran Palais de Darius
Phénicie Arabie Palmyre
Syrie côtière
Ougarit Byblos




La stèle de Mesha et la Bible

 
 

< Stèle de Mesha                     AO 5066

Age de fer, vers 800 avant J. - C
Inscription en phénicien  A2117
  
Sully Levant salle D

Cette stèle de victoire du roi Mesha
sur Israël nous livre un des plus importants témoignages directs sur le monde de la Bible.

La mention écrite d’Israël est la plus ancienne occurrence connue. Sont mentionnés également de nombreux lieux bibliques confirmant ainsi leur authenticité. Citons Ataroth et Nebo (Nombres 32:34,34), Dibôn (Josué 13:9), Beth-Diblathaïm (Jérémie 48:22,24).

Les Moabites, descendants de Lot, neveu d’Abraham, étaient apparentés aux Israélites,
ce qui explique ici la similitude de la langue
des deux peuples. A268  A2107

La stèle de Mesha : un important témoignage direct
sur le monde de la Bible

En 1868 un missionnaire alsacien, F. Klein découvre une inscription ancienne à Dhinân, antique Dibôn, capitale du royaume de Moab. Un estampage? des caractères est réalisé grâce à la sagacité de Clermont-Ganneau, avant que la pierre ne soit brisée par les Bédouins. Avec ses trente-quatre lignes, c’est « la découverte la plus importante qui ait jamais été faite dans le champ de l’épigraphie orientale », selon Ernest Renan. A269
 
La mention écrite Israël sur la stèle de Mesha est la plus ancienne occurence connue. A2120
 
1 - Existence de la nation d’Israël dans
le Levant au IXe siècle avant notre ère
(le terme “Israël” est inscrit à cinq occurrences). 2- Existence du royaume voisin de Moab (avec sa capitale Dibôn)
 
 
 La stèle de Mesha prouve l’historicité
de l’Ancien Testament
sur au moins cinq aspects
 
 
à la même époque. 3 -Historicité du roi d’Israël Omri (règne de 886 à 875 av. J.-C.). 4 - Conquête de Moab par Israël sous Omri, puis la révolte du roi de moabite Mesha contre le fils et second successeur d’Omri (Joram, 852-841) et la tribu israélite de Gad. 5 - Historicité de la dynastie davidique et donc du roi David. A2106

La mention écrite Israël sur la stèle de Mesha

est la plus ancienne occurence connue

Le texte ne suit pas un ordre chronologique. Glorification du roi et des actions de son règne, il présente la version du roi Mesha de sa révolte contre Israël (2 Rois 1:1; 3:4-5).
 
On lit entre autres : « Moi je suis Mesha, roi de Moab, le Dibonite. J’ai fait ce haut lieu pour Kamosh, […] car il m’a fait triompher sur tous mes adversaires. Omri était roi d’Israël et il opprima Moab durant de nombreux jours […]. De là je pris les vases (?) de Yahvé et je les traînai devant Kamosh » A270  

« La découverte la plus importante

qui ait jamais été faite

 dans le champ de l’épigraphie orientale »

Ernest Renan

 janvier 2012
YHWH ou Le nom de Dieu sur la Stèle de Mesha   Le nom de Dieu sur la Stèle de Mesha

Le nom de Dieu sur la Stèle de Mesha

 

Le nom divin apparaît ici
en caractères anciens,
sous la forme de quatre lettres
ou Tétragramme,
vers l’extrémité droite de la 18e ligne.

Ce nom personnel de Dieu, transcrit en français par YHWH ou JHVH, se rencontre pour
la première fois en Genèse 2:4

Ce verbe à l’imparfait de la forme causative signifie « il fait devenir ». 

Ce nom sacré  paraît près de 7 000 fois
dans le texte hébreu. A295

 
Il désigne le Dieu qui, par une action en cours, se fait devenir Celui qui réalise des promesses, Celui qui accomplit toujours ses desseins (Exode 3:14, note).

YHWH ou JHVH : Quatre lettres ou Tétragramme

« Supposons […] qu’ils disent :
 ‘ Quel est son nom ? ’
Que leur dirai-je ?

Alors Dieu dit à Moïse :

« Je Serai Ce Que Je Serai. »

Exode 3: 14

  Ici, ‘Ehyèh est à l’imparfait hébreu,
à la première personne du singulier, et signifie
donc « Je deviendrai » ; ou « Je serai ».
Il n’est pas question ici du fait que Dieu existe
par lui-même, mais de ce qu’il se propose
de devenir pour d’autres.  A2109

Il ne s’agit donc pas « d’un nom mystérieux, qui suggère seulement son existence ou sa présence », comme l’écrit J. Bottéro A271

YHWH ou JHVH : Inscription, Transcription,
Signification, Substitution et ... Prononciation

La majorité des versions substituent des titres comme ‘ Seigneur ’ ou ‘ Eternel ’ au Tétragramme A272, A273. Une raison souvent avancée provient d’une vieille tradition juive ; et du scrupule, voir de la crainte superstitieuse à prononcer le ‘ Nom ineffable ’ sous sa forme véritable de peur de violer le troisième commandement (Exode 20:7)

Outre le fait qu’il s’agit d’une mauvaise compréhension de la Loi, le risque est d’appauvrir la lecture de la Bible en ne voyant plus derrière un mot d’emprunt le nom propre de Dieu.A275
 
Fragment de plaquette d’ardoise

avec le Tétragramme



GL. CN. 1984, 2363 OP. 6, 3188


Louvre médiéval – Cour Napoléon
 

Jésus au milieu des docteurs    >


INGRES   inv 861.11
Musée de Montauban

Exposition temporaire
Louvre mai 2006

Notez le Tétragramme sur le front de l’un des prêtres juifs A279
 
Au Louvre, on trouve le Tétragramme dans une autre salle :
 
< Vitrail aux armes de Georges Müller : Moïse recevant les tables de la Loi    MR 2689

École de Zurich 1647  H. : 32 cm. ; L. : 22 cm.
 
Richelieu 1er étage Arconati Visconti salle 29

Le Tétragramme à Paris

On retrouve aussi le Tétragramme sur de nombreux monuments parisiens.
 
Plafond de l’église du Val de Grâce

5ème   Paris
Eglise Saint-Médard

 rue Mouffetard, 5ème Paris
 
La prononciation originelle du nom de Dieu est également inconnue ; comme celle de ‘Jésus’, étant donné que l’hébreu ancien s’écrivait sans voyelles. Les Massorètes ont inventé un système de points-voyelles afin d’indiquer la prononciation exacte des mots A276.

Dans la copie complète des Ecritures hébraïques la plus vieille du monde, le Codex de Leningrad, qui date de 1008, le Tétragramme est vocalisé en Yehwah, Yèhwih et Yehowah.  A277

Des exégètes ont proposé, sans certitude, l’orthographe ‘ Yahweh ’ (Liénart) ou ‘ Yahvé ’ (Jérusalem 2000, Osty, La Bible des Peuples). Beaucoup d'hébraïsants estiment que cette prononciation est la plus vraisemblable. ‘ Jéhovah ’ (Crampon 1905, TMN) est la traduction française la plus connue et l’une des plus répandue. A278   A2112

L'écriture du nom de Dieu ne pose donc pas de problème. Sa transcription non plus. Seule la graphie Yhwh sera donc utilisée dans ce site, laissant à chacun le loisir de prononcer (ou non) le nom de Dieu de la manière qui lui semble appropriée.
 

« On pense généralement que le vocable ‘ Jéhovah ’ est une invention de Peter Galatin (1518).

Il semble que ce terme soit déjà couramment utilisé avant cette date. On le retrouve dans un texte de Raymond Martin en 1270 »

www.jewishencyclopedia.com

  « La vocalisation « Yahvé » est une reconstruction hypothétique d’un nom dont
la prononciation réelle n’était plus connue.
Il en va de même de la vocalisation « Jéhovah »,
plus proche de celle d’adonaï, mais qui
ne correspond pas mieux à la forme primitive.

D’autres se contentent de supprimer les voyelles, restituant simplement le Tétragramme YHWH. »

La Bible de Jérusalem, édition 2007 A2111
 
De quelle importance est l’emploi du nom personnel de Dieu pour le croyant ? La prière que Jésus Christ a donnée comme modèle commence de cette façon : « Notre Père dans les cieux, que ton nom soit sanctifié. » - Matthieu 6:9.
 
Voir aussi,
 
Le Tétragramme sur les monuments parisiens
 
Quand une pierre raconte l'histoire, exposition au Collège de France, septembre 18
 
www.lenomdivin.info

"Par le moyen de beaucoup de photos et de documents, nous montrons l’utilisation du nom de Dieu dans l’archéologie, dans la littérature, dans la musique et sur des objets exceptionnels. Nous allons au delà des frontières de la religion. En effet, le nom de Dieu se retrouve dans beaucoup de religions, en des lieux et sur des objets que les visiteurs sont sans doute loin d’imaginer eux-mêmes."

 





Carte Chronologie Début du départementSceau inscrit en hébreuAntiquités EgyptiennesAntiquités Romaines Haut de page