Découvrez
Ajoutez à vos favoris
Recommandez LB
le Louvre avec la Bible
default|default.titre
default|default.titre
S'inscrire à la newsletter !
www.louvrebible.org
Grand Sphinx Le Nil
Les loisirs Le temple
Les sarcophages
La Momie
Livre des morts
Les dieux
Ancien et Nouvel Empire
L´écriture et les scribes
Salle Campana
Salle des Bronzes




Triade d’Osorkon II E 6204

8774 - 850 avant J.-C. (22e dynastie)
or, lapis-lazuli et verre rouge
H. : 9 cm. ; L. : 6,60 cm.


Sully 1er étage salle 29

Ce pendentif est un
des rares travaux d’orfèvrerie
conservés aujourd’hui. AE72

Les Egyptiens adoraient
des triades de divinités.
La plus connue est figurée ici. 

Elle est formée du dieu Osiris,
assis sur un pilier où est inscrit
le nom d’Osorkon II.

Triade d'Osorkon et concept de trinité

Le dieu est flanqué de deux personnages : à sa gauche, sa sœur et épouse, Isis, symbole divin de la Mère, à sa droite, leur fils Horus.
 

Ceux-ci lèvent la main à hauteur
de l'épaule de leur père et époux
 en un geste protecteur.

On les reconnaît à leur attributs :

Tiare
à plumes et suaire pour Osiris,
tête de faucon et double
couronne royale pour Horus,
disque encadré de cornes de vache
pour Isis, à l'imitation de la déesse Hathor.

Osiris est accroupi
sur un pilier en lapis-lazuli
d'un bleu intense qui le rehausse
au niveau des membres de sa famille.

Les palmes de la corniche
ainsi que le socle sont travaillés
en cloisonné d'or, incrusté de lapis
et de verre rouge.

Horus et Isis ont perdu l'incrustation
de leur perruque.  AE73

 
Quelle était la croyance de la nation juive concernant Dieu ? Les Israélites venaient tout juste de quitter l’Egypte quand le commandement suivant leur a été imposé : « Tu ne dois jamais avoir d’autres dieux contre ma face ;  Écoute, ô Israël ! Jhwh notre Dieu est un seul Jhwh » - Deutéronome 5:7 ; 6:4

Le Shema juif : aucune place à la trinité des chrétiens

 « Tu ne dois jamais
avoir d’autres dieux
contre ma face »
 
 « Écoute, ô Israël !
Jhwh notre Dieu est
un seul Jhwh »
 
Deutéronome 5:7 ; 6:4
 
Combien de personnes s’expriment ici ? « Un seul » et non trois ! Cette sublime affirmation d’un monothéisme strict était une déclaration de guerre à tout polythéisme. Le Shema ne laisse aucune place à la trinité des chrétiens, qui constitue de fait une négation de l’Unité de Dieu. La profession de foi en l’unicité de Dieu exprimée dans le Shema, prière qui reprend les termes de Deutéronome 6:4, est d’ailleurs un élément central du culte synagogal. AE71 AR115
 
Cette conception d’un dieu trinitaire se retrouve au Proche-Orient et déjà à Babylone. Ce relief cultuel a été trouvé à Palmyre, ancienne ville de Syrie ruinée par les Romains sous Aurélien, et communément identifiée à Tadmor. - 2 Chroniques 8:4.
 
 

Triade de Beelshamên     AO 19801

 
Sully salle 20 vitrine 3 (2) 
 
Les trois divinités majeures de la ville
sont représentées sous l’aspect de
soldats romains.

Baal, qualifié de « Seigneur du ciel » ou
« Chevaucheur des nuées » paraît entre le dieu-lune Aglibôl à sa droite et le dieu-soleil Malkbêl à sa gauche.
 
Le panthéon égyptien porte manifestement l’empreinte d’un héritage babylonien. Les rapports qu’entretenaient Osiris et Isis et leurs caractéristiques respectives correspondent étonnamment à ceux des divinités babyloniennes, Tammouz et Ishtar. AE50, AE51
 
Sur l’orbe de la stèle comme sur la voûte céleste se tiennent les divinités astrales, Sîn, la lune, Shamash, le soleil, et Ishtar, sous la forme de l’étoile figurant la planète Vénus.

Les dieux sont représentés par leurs symboles : les tiares à six rangs de cornes pour Anu et Enlil, la tête de bélier et le poisson-chèvre pour Ea/Enki, et enfin l’emblème de la déesse de la terre, Ninhursag.

Triade babylonienne    Sb 22           >  
 

 Sîn la Lune, Shamash le Soleil, Ishtar Vénus :

Une Triade babylonienne

L'artiste, formé dans le cercle de Memling à Bruges avant 1488, témoigne dans son œuvre castillane d'une grande liberté iconographique et d'un style coloré et lumineux peut-être influencé par Jean Hey qu'il aurait pu rencontrer à Bourges.
 
  Le Couronnement de la Vierge

RF  1966-11


Michel SITTOW

Vers 1525


L'un des trois panneaux qui témoignent de la contribution de Sittow au polyptyque d'Isabelle la Catholique.


      <      Trinité chrétienne

 Le mot Trinité : pas dans le Nouveau Testament

Il est intéressant de noter que le mot Trinité ne figure pas dans le Nouveau Testament.

Cette doctrine a pris forme progressivement, sur plusieurs siècles et à travers bien
des controverses. AE75  AE76  AR117

 
« La trinité platonicienne ne fut elle-même
au fond qu’une sorte d’arrangement,
de disposition nouvelle, des trinités
plus anciennes des peuples qui
avaient précédé.

Cette conception de la Trinité divine
du philosophe grec [Platon, IVè siècle
av. n. è] se trouve partout dans
les anciennes religions.

Celle à laquelle ressemble le mieux
la Trinité des chrétiens est sans contredit
celle des Chinois. »


Maurice Lachâtre AE53
 

« L’ancien testament ne nous dit rien,
implicitement ou explicitement,
d’un dieu trin
  Il n’existe aucune preuve
qu’un quelconque des auteurs sacrés
ait seulement soupçonné l’existence
d’une Trinité en Dieu. »

Fortman, The Triune God 

 

 « D’Egypte vinrent les idées

de trinité divine. »

Will Durant AE59

 
En fait, beaucoup des caractéristiques des différentes religions, chrétiennes ou non, peuvent trouver leur explication dans une origine commune babylonienne.

 





Carte Chronologie Antiquités OrientalesEgypte au Louvre au temps de JosephSacrifice porc et  HanoukkaAntiquités Romaines Haut de page