Découvrez
Ajoutez à vos favoris
Recommandez LB
le Louvre avec la Bible
default|default.titre
default|default.titre
S'inscrire à la newsletter !
www.louvrebible.org
Salle des Caryatides
Art romain
Epoque Julio-Claudienne
Antiquité tardive
Gaule, Afrique et Syrie




La Cène  AR109

INV 1124

Sully 2ème

Champaigne salle 31


« Faites cela en ma mémoire »

Luc 22:19
 
Cette Cène a été peinte vers 1652 pour le maître-autel de l'église de l'abbaye de Port-Royal-des-Champs. C'est une réplique agrandie avec variantes de la Petite Cène également conservée au Louvre. Saisie Révolutionnaire à l'église de Port-Royal de Paris.
 

La Cène RF 2824   >

Mathieu LE NAIN  (1607-1677)

Sully 2ème étage

Le Sueur salle 24


Peut-être peinte pour les jésuites,
cette représentation du dernier repas
du Christ, entouré de ses apôtres,
anime la composition en frise
par un éclairage luministe

 

La Cène  RF 176   >

Giovanni Battista TIEPOLO


Vers 1745
 
Certainement inspiré par La Cène peinte
à la fin du XVe siècle par Léonard de Vinci
(Milan, Santa Maria delle Grazie) dont Tiepolo
a altéré la symétrie rigoureuse ;
mais son tableau met moins l'accent
sur l'annonce par le Christ de la trahison
de Judas que sur le thème, plus symbolique,
de l'institution de l'Eucharistie
 
Denon 1er étage Tiepolo salle 25
 
<  L'Institution de l'Eucharistie
inv 1419
ou
 
Jésus-Christ instituant la Pâque
avec ses disciples

 
vers 1664/1665

Gérard de LAIRESSE
Liège, 1641 - Amsterdam, 1711
 
 
Richelieu 2ème étage
Hollande salle 38
 

<   La Sainte Cène ou

Le Dernier Repas de Jésus-Christ
avec ses disciples

inv 1704
1618
 

Frans POURBUS le Jeune
(Anvers, 1569 - Paris, 1622)


Richelieu 2ème étage
Flandres salle 15
 
Le plus célèbre des tableaux religieux de l'artiste, presque tous peints pour des églises parisiennes, tableau de fait très admiré aux XVIIe et XVIIIe siècles, notamment de la part d'un Poussin sans nul doute sensible à son austère grandeur.Peint pour le maître-autel de l'église Saint-Leu-Saint-Gilles à Paris. Saisi à la Révolution ; transféré au Louvre, 1796
 
 
Plaque : La Cène  OA 4006 Jean III PENICAUD
XVIe siècle  Limoges Émail peint sur cuivre
Richelieu 1er salle 15 vit 1
Plaque : La Cène   OA 6309 c   XVe siècle
Limoges
Richelieu 1er étage salle 11 vit 1 
Attribué au PSEUDO-MONVAERNI
 
Lors de la Sainte Cène, Jésus demanda à ses disciples de manger le pain et de boire le vin en souvenir de lui. Ce commandement est à l’origine de l’ Eucharistie AR120, principal rite de la Chrétienté, qui renouvelle ainsi le sacrifice du Christ. Cette doctrine s’est développée aux cours des siècles sous l’influence de la philosophie platonicienne. Des divergences sont apparues sur la date de cette fête.
 

C’est au XIIIe siècle que le mot transsubstantiation a été utilisé
pour la première fois de façon officielle

 
La Réforme protestante introduit
une distinction subtile avec la notion
de consubstantiation
 
L’Église catholique enseigne que la substance du pain et du vin se transforme miraculeusement en celle du corps et du sang de Christ. Cette doctrine  est née progressivement. C’est au XIIIe siècle que le mot transsubstantiation a été défini et utilisé pour la première fois de façon officielle. La Réforme protestante introduit une distinction subtile avec la notion de consubstantiation. D’après Luther, le pain et le vin coexistent avec la chair et le sang de Jésus, mais ne se transforment pas en leur substance.
 
C’est Jésus lui-même qui a institué cette cérémonie. Il venait juste de célébrer la Pâque juive et de renvoyer Judas Iscariote, l’apôtre qui allait le trahir. Matthieu, un des onze apôtres présents, a rapporté : « Or, tandis qu’ils mangeaient, Jésus prit du pain, le bénit, le rompit et le donna aux disciples en disant : « Prenez, mangez, ceci est mon corps. » Puis prenant une coupe, il rendit grâces et la leur donna en disant : « Buvez en tous ; ceci est mon sang, le sang de l’alliance, qui va être répandu pour une multitude en rémission des péchés. » Je vous le dis, je ne boirai plus désormais de ce produit de la vigne jusqu’au jour ou je le boirai avec vous, nouveau, dans la Royaume de mon Père. » - Matthieu 26:26-29, Bible de Jérusalem, 2007
 

Jésus a-t-il établi un rite mystérieux
au cours duquel ses disciples
mangeraient son corps et
boiraient son sang littéralement ?
 
 Ceci est   ou

 Ceci représente  ?
 
Jésus a-t-il établi un rite mystérieux au cours duquel ses disciples mangeraient son corps et boiraient son sang littéralement ? La majorité des traductions de la Bible rendent ainsi les paroles de Jésus : “ Prenez, mangez, ceci est mon corps (…) Buvez-en tous ; car ceci est mon sang. ” (Matthieu 26:26-28, Bible de Jérusalem, Bible du Semeur). Il est vrai que le mot éstin, une forme du verbe être en grec, a principalement pour sens est. Mais ce verbe a aussi le sens de signifier. C’est le contexte qui permet souvent de déterminer l’équivalent exact (Matthieu 12:7; 1 Corinthiens 10:4). D’autres versions traduisent donc par signifier, représenter (TMN, Le nouveau Testament de Decoppet, 1903). Un théologien catholique Jacques Dupont a d’ailleurs conclu que le moyen le plus naturel de traduire ce verset serait : « Ceci signifie ou représente mon corps. »  Alors, Rite mystérieux ou symboles ? AR121  AR122

La Cène, Souvenir de la mort
ou de la résurrection du Christ ?

Le concile de Nicée, convoqué en 325 par l’empereur romain Constantin, décida que la Pâque de la Résurrection serait célébrée le premier dimanche après la pleine lune.
 
Les chrétiens d’Asie, et plus tard les Quartodécimans, ?
restèrent fidèles à la tradition apostolique,
et à la date de la Pâque juive,
en commémorant la mort du Christ
le soir de la pleine lune du 14 Nisan
de chaque année. AR57

« Quant aux quartodécimans,
ils résisteront longtemps.
Le concile de Nicée aura beau
les condamner, on en trouvera encore
au XVIe siècle. »

Michel Clévenot  AR56
 

 Quartodécimans et 14 Nisan

Eusèbe rapporte qu’à la fin du IIe siècle Polycrate d’Ephèse a envoyé une lettre à Rome pour soutenir ceux qui observaient ‘ le quatorzième jour de Pâques, selon l’évangile, ne faisant aucune transgression, mais se conformant à la règle de la foi ’.

Après avoir mangé la Pâque avec ses apôtres (Matthieu 26:17-30; Marc 14:12-16), Jésus leur demanda : « Continuez à faire ceci en souvenir de moi » (Luc 22:19).

Ces paroles ont été également rendues ainsi : « Faites cela en ma mémoire » (Bible Fayard). Il instituait le Mémorial de sa mort sacrificielle, qu’on appelle aussi ‘ Repas de Seigneur ’ . - 1 Corinthiens 11:20

 
C’est la seule fête religieuse annuelle que Jésus a demandé d’observer. Des chrétiens suivent encore aujourd’hui ce modèle apostolique.
 

 





Carte Chronologie Antiquités OrientalesAntiquités EgyptiennesPâques ou La PâqueAnges-reliquaires Haut de page