Découvrez
Ajoutez à vos favoris
Recommandez LB
le Louvre avec la Bible
default|default.titre
default|default.titre
S'inscrire à la newsletter !
www.louvrebible.org
Mésopotamie archaïque
Mésopotamie
Assyrie Ninive
Arslan Tash Til Barsip
Iran Palais de Darius
Phénicie Arabie Palmyre
Syrie côtière
Ougarit Byblos




Ebih II    

AO 17557


Richelieu salle 1 b





Ce chef-d’œuvre de la sculpture de Mari témoigne de la richesse de la cité.

Le ministre des Finances est vêtu
de la jupe à mèches.

L’albâtre translucide dans lequel il est façonné donne beaucoup de subtilité au modulé du buste.

Les yeux ont conservé leurs incrustations de coquille et de lapis-lazuli.
 
Les archéologues ont mis au jour les restes de six temples, dont le Temple des lions (que l’on identifie à celui de Dagan, divinité locale, le Dagôn de la Bible), ainsi que des sanctuaires dédiés à Ishtar et à Shamash. A Mari la religion était au centre de la vie. Servir les dieux relevait du devoir de l’homme, si bien que pour toute décision importante on s’enquérait de leur volonté.
 
Peinture de
l’ordonnateur du sacrifice
    AO 19825

Richelieu salle 3


Cette peinture murale provient du palais de Mari.

Le fragment appartient à une grande composition exécutée sur un enduit de plâtre blanc et répartie sur trois registres.
 
 
Ici, le personnage, que sa grande taille et son riche costume désigne comme le roi, marche à la tête d’un cortège menant un taureau paré. Il s’agit peut-être d’un sacrifice accompagnant une cérémonie d’investiture royale.

Dans les textes cultuels de la Bible, le taureau est l’animal que l’on sacrifie lors de grandes occasions (Lévitique 4:3,13). Pour le chrétien, il symbolise aussi le sacrifice unique, sans tache, que le Christ présenta, le seul sacrifice qui convient pour les péchés de l’humanité. -  Hébreux 9:12-14.
 
  Maquette des ruines
du palais de Mari 
        SN


Richelieu salle 3


Cette maquette du palais de Mari, complexe qualifié de ‘ joyau de l’architecture archaïque ’ A186, témoigne de la brillante civilisation que fut la cité-état de Mari, détruite par Hammourabi vers 1760 av n.è.
 
On peut penser que les Juifs passèrent devant ces ruines lorsqu’ils furent emmenés en exil à Babylone.

La découverte de ce site, qui a livré plus de 15 000 tablettes d’argile gravées en écriture cunéiforme, a permis de mieux connaître le monde dans lequel vécut Abraham  A187. Pour André Parrot  A189, les archives « révèlent des similitudes étonnantes entre les peuples qu’elles mentionnent et ce que nous dit l’Ancien Testament de l’époque des patriarches ». Certains des documents mentionnent Péleg, Serug, Nahor, Térah, Haran, noms que l’on retrouve dans le récit de la Genèse comme étant ceux des ancêtres d’Abraham. - Genèse 11:17-26.
 
« Avant la découverte des archives de Mari, nous ne savions presque rien de l’histoire, des institutions, de la vie quotidienne de la Mésopotamie et de la Syrie du début du II millénaire. Des chapitres entiers d’histoire ont pu être écrits grâce à elles. »

A. Lemaire, Le monde de la Bible
 

« L’archéologie a rendu
 la Bible plus intelligible
 en nous faisant mieux comprendre
 le fond historique et le cadre. »

 Sir Frederic Kenyon

 
Des tablettes de Mari éclairent également certains passages bibliques A190 . Prendre possession du harem de son ennemi était ‘ une donnée fondamentale de la conduite royale de cette époque ’ A191. Ce qui explique la recommandation perfide d’Ahitofel poussant Absalom, fils du roi David, à avoir des relations avec les concubines de son père. (2 Samuel 16:21,22). Notez aussi les chambres hautes et les toits en terrasse, courants aux temps bibliques.
 
 
 
 
 
 

 





Carte Chronologie Bas relief de DuduStèle des vautoursAntiquités EgyptiennesAntiquités Romaines Haut de page