Découvrez
Ajoutez à vos favoris
Recommandez LB
le Louvre avec la Bible
default|default.titre
default|default.titre
S'inscrire à la newsletter !
www.louvrebible.org
Grand Sphinx Le Nil
Les loisirs Le temple
Les sarcophages
La Momie
Livre des morts
Les dieux
Ancien et Nouvel Empire
L´écriture et les scribes
Salle Campana
Salle des Bronzes




 

Le dieu Osiris entre son fils Horus,
à tête de faucon, et un roi     
A 12

20e dynastie ?, 1186 - 1069 avant J.-C
granite

H. : 1,34 m. ; L. : 0,78 m.

Sully salle 12


Le pharaon régnant était considéré
comme un dieu, et pas simplement
comme leur représentant.

Il était l’incarnation du dieu à tête de
faucon Horus, successeur d’Osiris.

La parole du pharaon avait force de loi ;
on comprend mieux dès lors la difficulté de la mission confiée à Moïse. - Exode 5:1,2.

Le Pharaon, considéré comme un dieu

Voir aussi,     Hymne à Osiris     C 286     salle 13 vitrine 9

Il s’agit de l’un des plus anciens textes égyptiens à faire des allusions précises à la légende d’Osiris. Ce très populaire dieu des morts symbolise le cycle de la végétation qui meurt sous les eaux du Nil et renaît après la décrue. Cette idée de renouvellement permet à la figure d’Osiris de devenir garante de la résurrection des âmes dans l’au-delà. Osiris a été identifié au dieu grec Dionysos et au dieu babylonien Tammuz AR6.

Le taureau Apis, incarnation du dieu Osiris

Le taureau Apis       N 390

Règne de Nectanébo Ier ?
(379 - 361 avant J.-C.), 30e dynastie

Sérapéum de Saqqara

calcaire autrefois peint


Cette statue a été découverte dans une chapelle située sur la longue voie processionnelle menant aux catacombes des Apis.
 
 
De son vivant, le taureau Apis était gardé à Memphis et adoré comme l’incarnation du dieu Osiris. Il est parfois associé au dieu Ptah. Un deuil national était décrété à sa mort. Ce culte idolâtrique influença certainement les Israélites qui succombèrent au culte du veau d’or. - Psaume 106:19 ; Actes 7:39-41.

D’après Hérodote, les Egyptiens sont les plus religieux des hommes. Chaque ville avait sa divinité locale qui portait le titre de « maître de la cité ». Ce panthéon égyptien de plus de 500 dieux différents porte manifestement l’empreinte d’un héritage babylonien.
 
 

Institution des Chartreux      inv  8087

Le Sueur     

Sully 2ème salle 2

  La distinction entre prêtres et laïcs
est une autre trace du système
chaldéen. AE55

Les prêtres d'Osiris se distinguaient
par la tonsure de leur tête. AE56

On comprend d'ailleurs mieux l'ordre donné
aux prêtres juifs de ne pas se faire
de ' calvitie ' (Lévitique 21:5).

Signe particulier des moines chrétiens
du Moyen Age, la tonsure,
qui consiste à se raser une partie
des cheveux au sommet du crane,
est née au II ème siècle.

 
D’abord signe de renonciation à la séduction, les cheveux étant traditionnellement associés au charme depuis l’AT. La tonsure marquait la fin de la vie civile (se raser effaçait symboliquement les péchés antérieurs) pour entrer dans la vie religieuse, et allait de pair avec le vœu de chasteté. La forme circulaire des cheveux restants fait référence aux auréoles des saints, pour accentuer la vocation spirituelle des ecclésiastiques. L'usage de la tonsure dans l'Eglise a été supprimée en 1972. On trouve un rite identique dans le boudhisme. AE57

 Tonsure, aussi en Egypte

On relève partout de telles coïncidences des plus déconcertantes. Et pour l’égyptologue Ch. Desroches Noblecourt, ‘ sans doute les successeurs de saint Pierre firent-ils des emprunts au vieux rituel égyptien ’. AE58

En fait, beaucoup des caractéristiques des différentes religions, chrétiennes ou non, peuvent trouver leur explication dans une origine commune babylonienne AE59.
 

 





Carte Chronologie Antiquités OrientalesSistresZodiaque de  DendéraAntiquités Romaines Haut de page