Découvrez
Ajoutez à vos favoris
Recommandez LB
le Louvre avec la Bible
default|default.titre
default|default.titre
Jouez avec LouvreBible !
quiz.louvrebible.org
S'inscrire à la newsletter !
www.louvrebible.org
Mésopotamie archaïque
Mésopotamie
Assyrie Ninive
Arslan Tash Til Barsip
Iran Palais de Darius
Phénicie Arabie Palmyre
Syrie côtière
Ougarit Byblos




En mai 1847 fut inauguré au Louvre le premier musée assyrien du monde. Il exposait les résultats des fouilles entreprises sur le site de Khorsabad par Paul Émile Botta, vice-consul de France à Mossoul. Pensant trouver Ninive, il découvrit alors la ville de Sargon II. Surgit alors une civilisation oubliée, dont seuls la Bible et quelques auteurs antiques mentionnaient l'existence.
 MAJ 03/19

 La cour Khorsabad

La cour Khorsabad est une évocation de ce palais de Sargon (721-705 av.n.) à Dûr-Sharrukin, cette " forteresse de Sargon ", actuelle Khorsabad dans le Kurdistan iranien, et qui fut construite en à peine dix ans sur un terrain vierge. Avec Nimrud et Ninive, c'est l'une des capitales du grand Empire néo-assyrien qui, à partir d'une zone enclavée du Nord de la Mésopotamie (actuel Irak), réussira à dominer la plus grande partie du Proche-Orient dans la première moitié du 1er millénaire av.n.è.
La Visite du pacha de Mossoul aux fouilles de Khorsabad, ancienne Ninive    RF 2010-2
Félix THOMAS  Richelieu Rez-de-chaussée salle 229

Taureaux ailés à face humaine

  Taureaux ailés à face humaine

AO 19857-58-59

Richelieu salle 4

Ce vaste chantier à la gloire de Sargon
devait devenir la nouvelle capitale de son empire.
Cet ambitieux projet demeura inachevé.

En témoignent des reliefs non finis et l'absence
de mobilier, sans doute emporté par le prince
héritier Sennachérib abandonna la ville
à la mort de son père en 705 av.n.è, pour fonder
sa propre capitale dans la ville voisine de Ninive.

Ces taureaux ailés gigantesques à tête humaine
étaient censés garder l’entrée du palais.
Pour l'anecdote, on remarque que ces taureaux
ont cinq pattes, de sorte qu'ils apparaissent
à l'arrêt lorsqu'on se tient face à eux et
en marche si on se tient à côté.
 
Installé sur une terrasse fortifiée, le palais surplombait le reste de la ville qui s'étendait sur plus de trois kilomètres carrés. Les murs étaient recouverts de grandes plaques d'albâtre gypseux, facile à sculpter. Sur plusieurs kilomètres se déployait un discours politique qui martelait la puissance du roi. En réalité, ce programme d'ensemble exaltait les conquêtes assyriennes en mettant en scène massacres, tributs et déportations de populations pour mieux inspirer la crainte, dans une forme de propagande

Des taureaux ailés gigantesques,
censés garder le palais de Sargon II

Un ensemble de monstres et de génies protecteurs, dont les monumentaux taureaux ailés (pesant chacun plus de 28 tonnes), était disposé autour d'endroits à protéger plus particulièrement, notamment les passages. Ces êtes surnaturels combinent les aspects d'un homme, d'un oiseau et d'un taureau. Ils ont le corps d'un taureau, ainsi que ses oreilles, et surtout la paire de cornes qui était alors l'attribut des êtres divins en Mésopotamie. Leurs larges ailes leur confèrent le pouvoir des oiseaux, comme à nombre de génies qui les entouraient.
 
  Taureaux ailés Louvre
 
Suivant la tradition mésopotamienne des animaux gardiens, ces taureaux fantastiques étaient érigés par paires aux portes extérieures et intérieures du palais et de l'enceinte pour protéger ces espaces de passage, volontiers vulnérables. Ils protégeaient aussi la base des murs et soutenaient la voûte des portes. Ils avaient surtout une fonction magique, renforcée par une série de génies sculptés postés à leur côtés. Sortes d'anges gardiens, ils étaient multipliés dans le secteur officiel du palais pour pouvoir mieux repousser les forces malfaisantes. Il est intéressant de noter que, selon la Bible, c'est alors qu'il se trouvait dans la ville de Ninive que le roi Sennakérib fut tué. - 2 Chroniques 32:21
 
 
 
Les ailes déployées font penser au texte d’ Isaïe 8:7,8 : « Il [le roi d’Assyrie] inondera et passera. Et vraiment il arrivera que le déploiement de ses ailes remplira la largeur du pays. » Pour certains, la puissance qui se dégageait de ces gardiens monstrueux aurait inspiré à Ézéchiel sa première vision, qui reprend les figures du taureau, de l'aigle, de l'homme et du lion (Ézéchiel 1:5-11). Dans une de ses inscriptions, Sargon déclare : « Pour moi, puisse-t-il (le dieu Assur), décréter longue vie et santé du corps. » Mais le ‘ palais s’est bel et bien dissous ’ (Nahum 2:6). Un an après son inauguration, il était déserté ; et la mort de Sargon, dont le corps ne fut pas retrouvé, incita son fils Sennacherib à ne pas poursuivre les travaux.
 
 
L’une des inscriptions cunéiformes situées dans la partie inférieure des reliefs précise que Sargon II « abattit Samarie, toute la maison d’Omri. » (2 Rois 17:5,6). Les annales de Sargon mentionnent la déportation de 27 290 Israélites. C’est peut-être ce roi qui « fit venir des gens de Babylone, de Kuta […] et les établit dans les villes de Samarie à la place des Israélites. » - 2 Rois 17:24

 Gilgamesh ?

Héros maîtrisant un lion

AO 19861-62

Richelieu salle 4
 
 

Cette sculpture haute de plus de 5 m
constituait l’un des ornements de
l’entrée principale du palais.

Traditionnellement identifié à Gilgamesh, le héros étouffe
un petit lion.

La chasse au lion était un des sports favoris des rois ; Ninive elle-même était qualifiée de
« repaire de lions ».
– Nahoum 2:11.

 Génie bénisseur

 

Notez les représentations des génies bénisseurs.


L’esprit protecteur porte
un petit seau et une pomme de pin,
symboles souvent associés à l’arbre de vie.

Les bénédictions sont fréquemment
mentionnées dans l’Ancien Testament,
sans cérémonial particulier.

Elles représentent une part importante
des services religieux dans les églises chrétiennes.

Ce rite eucharistique,
au cours duquel le prêtre fait le signe

de la croix avec l’ostensoir,
vient d’une coutume du XIVe siècle A213

L’aventure des Taureaux ailés

De toutes les œuvres du Louvre, ce sont les taureaux de Khorsabad qui ont emménagé les premiers dans l’aile Richelieu. Considérées comme des génies bienveillants, ces sculptures monumentales de 30 tonnes pour 4 mètres de haut gardaient les portes du palais assyrien de Khorsabad, dans l’Irak actuel. Un site datant du VII ème siècle av J-C, et découvert en 1843 par le consul de France à Mossoul, Paul Emile Botta.
 
 
Transportés à Paris dans des conditions périlleuses, trois taureaux ailés ont intégré la Cour carrée en 1857, tandis qu’un quatrième, qui avait sombré dans le Tigre pendant le voyage était remplacé par un moulage en plâtre. Deux des taureaux ont été replacé dans leur position d’origine, à l’entrée d’un passage. La cour accueille aussi un cinquième taureau, copie d’une œuvre conservée à Chigago par l’Oriental Institute Museum, et dont la tête est tournée vers les visiteurs. Ce moulage en albâtre gypseux se trouve à côté du relief qu’on a longtemps pris pour Gilgamesh, le légendaire roi d’Uruk.
 

 





Carte Chronologie Début du départementSceau cylindre de roi prtreAntiquités EgyptiennesAntiquités Romaines Haut de page