Découvrez
Ajoutez à vos favoris
Recommandez LB
le Louvre avec la Bible
default|default.titre
default|default.titre
Jouez avec LouvreBible !
quiz.louvrebible.org
S'inscrire à la newsletter !
www.louvrebible.org
Actualités
Tableau du mois
Oeuvre du mois
Livre du mois
Article du mois
Emplacement
Mésopotamie archaïque
Mésopotamie
Assyrie Ninive
Arslan Tash Til Barsip
Iran Palais de Darius
Phénicie Arabie Palmyre
Levant Syrie côtière
Ougarit Byblos
Grand Sphynx Le Nil
Les loisirs Le temple
Les sarcophages
La momie
Le livre des morts
Les dieux
Ancien et Nouvel Empire
L écriture et les scribes
Salle Campana
Salle des Bronzes
Salle des Caryatides
Art romain
Epoque Julio-Claudienne
Antiquité tardive
Gaule, Afrique et Syrie
Visite thématique
Recherche une oeuvre
Recherche sur un thème
Visite ludique
Le saviez-vous - série 1
Le saviez-vous - série 2
Le saviez-vous - série 3
Diaporama
En savoir plus ?
Commander le livre par Internet
Bon de commande A imprimer
Contact
Bibliographie
Notes
Glossaire


Métaphores sportives dans le Nouveau Testament

 

« Si quelqu’un lutte dans les jeux, il n’est couronné que s’il a lutté selon les règles. » « Tout homme qui participe à une compétition se maîtrise en toutes choses. » Les jeux auxquels l’apôtre Paul faisait allusion occupaient une grande place dans la civilisation de la Grèce antique. Dans un tel contexte culturel, il n’est pas étonnant que les rédacteurs des Ecritures grecques aient comparé la course spirituelle des chrétiens à des événements sportifs. L’examen de quelques comparaisons avec les jeux est des plus bénéfiques. - Prêt !
                           
La réussite d’un athlète dépend souvent de son entraineur. Les participants aux jeux devaient affirmer sous serment qu’ils avaient consacré dix mois pleins aux exercices préparatoires. Les chrétiens doivent eux aussi suivre un entrainement rigoureux. Paul a donné ce conseil : « Exerce-toi en ayant pour but l’attachement à Dieu. » (1 Timothée 4:7) Et quel est cet entraineur hors pair ? « Le Dieu de toute faveur imméritée achèvera votre formation, il vous rendra fermes, il vous rendra forts. » - 1 Pierre 5:10
 
L’expression ‘ achèvera votre formation ’ vient d’un verbe grec qui signifie ‘ rendre quelqu’un apte à sa destination, le préparer ’ ; il peut être rendu par ‘ préparer, former ou équiper complètement. ’ Les entraineurs utilisaient deux méthodes fondamentales : la première incitait l’élève à fournir le plus d’efforts physiques possible pour atteindre le meilleure résultat ; la deuxième visait à améliorer sa technique et son style. AA213
                     
 

Sacrifice d’un porc

G 112

Ce plateau en céramique d’un peintre d’Epidromos, du début du 5è siècle av. J.-C., représente le sacrifice d’un porc.
  Après un sacrifice,

les athlètes juraient

qu’ils s’étaient entrainés

pendant dix mois.
                           
Dans la Grèce antique, le masseur jouait aussi un rôle dans l’entrainement des athlètes. Sa tâche consistait à leur enduire le corps d’huile. De même que l’huile a un effet adoucissant et thérapeutique, de même la Parole de Dieu peut consoler et guérir un ‘ athlète ’ chrétien épuisé. C’est le sens des paroles du disciple Jacques (5:13-15, Segond 21) : « Quelqu’un parmi vous est-il malade ? Qu’il appelle les anciens (..) et qu’ils prient pour lui en appliquant de l’huile au nom du Seigneur. »  AA217
                           
 
Aucun anathème n’est
jeté dans les Écritures
sur le sport.
Les apôtres s’en sont
servis pour illustrer
leur enseignement.
 
 
« Si quelqu’un lutte
dans les jeux,
il n’est couronné que
s’il a lutté selon
les règles. »
 
2 Timothée 2:5
  Pour être autorisé
à participer aux jeux,

il fallait remplir
des conditions
très strictes
                           
Une grande partie du succès reposait néanmoins sur l’athlète et son implication dans un entrainement rigoureux. Pour être autorisé à participer aux jeux, il fallait remplir des conditions très strictes. Les exigences étaient strictes, comprenant abstinence et régime alimentaire draconien.  AA214  AA215
 
Paul faisait référence à ces règles quand il a écrit aux chrétiens de Corinthe, ville à proximité de laquelle se déroulaient les jeux isthmiques : « Tout homme qui participe à une compétition se maîtrise en toutes choses. » (1 Corinthiens 9:25) et à Timothée : « Si quelqu’un lutte dans les jeux, il n’est couronné que s’il a lutté selon les règles. » De la même manière, celui qui participe à la course pour la vie doit satisfaire aux exigences de Dieu et se conformer notamment à ses normes de moralité exposées dans sa Parole.
                           
 <
Pélikè à figures rouges,
Lutteurs
Vers 400 av.n.è

G 539
Sully 1er salle 47 vit 5
 >
Amphore à panse

E 805
 
Vers 560 av.n.è

Pécher, c'est ‘ manquer la cible ou le but ’

Comment y parvenir ? La réponse tient dans cette illustration saisissante : « Mon corps, je le bourre de coups et l’emmène comme un esclave. » (1 Corinthiens 9:27) En maîtrisant fermement ses désirs et ses traits de caractère charnels, Paul se battait ainsi pour empêcher que ses faiblesses ne prennent le dessus. Pécher vient d’ailleurs d’une racine grecque qui signifie ‘ manquer la cible (le but) ’, comme lorsqu’on lance le javelot (Romains 3:9). Et les apôtres ont loué ceux qui grâce à l’action de la Parole de Dieu et de l’esprit saint continuaient de lutter ainsi (1 Corinthiens 6:9-11 ; 1 Pierre 4: 3-4). Cet entraînement intensif est aussi sous-entendu dans l’expression : « comme ceux, qui par l’usage, ont les facultés de perception exercées », littéralement « les organes des sens ayant été exercés comme un gymnaste ». - Hébreux 5:14
                           

Guerrier  combattant,
dit Gladiateur Borghèse   >
 

MR 224
Vers 100 av. J.-C.

Denon Galerie Daru salle B

   


L'apôtre Paul montre qu’il avait
l’esprit fixé

sur la poursuite
d’objectifs spirituels
en termes imagés

en 1 Corinthiens 9.


‘ La force brutale
ne suffisait pas ;

il fallait avoir un coup d’œil sûr
et savoir mettre
à profit
les faiblesses
de l’adversaire.
 
« Voici de quelle façon je dirige
mes coups :

je les dirige
de façon à ne
pas battre l’air. » 
 
1 Corinthiens 9:26
                           
Il fallait savoir porter certains coups appris à l’école et surprendre son rival par des attitudes et des mouvements trompeurs. ’ AA216 

Une invitation personnelle à repérer nos points faibles, à nous évaluer honnêtement, et … à ne plus battre l’air.

Dans les jeux, les coureurs n’étaient pas alourdis par des vêtements ou un équipement. Les athlètes couraient nus. Cette nudité favorisait l’agilité, la liberté de mouvement et la dextérité. Ils ne portaient aucun poids inutile qui leur aurait fait gaspiller de l’énergie. C’est la pensée de Paul : « Rejetons tout fardeau et courons avec endurance l’épreuve qui nous est proposée. » (Hébreux 12:1, TOB 2010). Quel genre de poids pourrait entraver notre course pour la vie ?

Sport et Bible : des comparaisons instructives

« Débarrassons-nous

aussi de tout poids. »

Hébreux 12:1
  « Tout homme qui participe à une compétition
se maîtrise
en toutes choses. »

1 Corinthiens 9:25
 

« J’ai achevé ma course.  Le prix de
la victoire est déjà préparé pour moi. »

2 Timothée 4:6

   
L’exemple contenu en 1 Corinthiens 4:9 s’inspire sans doute des compétitions romaines. Paul et ses compagnons sont comparés à ceux qui sont amenés dans l’arène pour le dernier spectacle. Hébreux 10:32,33 fait sans doute allusion aux jeux romains. Paul lui-même fut peut-être exposé aux dangers des jeux romains, si on considère sa mention, en 1 Corinthiens 15:32, de ‘ combats contre des bêtes sauvages à Éphèse. ’  AA219
                           
<

Discobole     G 111
 

Sully 1er
Campana salle 43
>
Coupe à figures rouges 
Athlète
G 291 int
Sully 1er salle 43 vit 22
                           
 <
Coupe à figures rouges  Athlète
 
G 291 int
Sully 1er salle 43 vit 22
>
Amphore panathénaïque miniature CA 2930
Face B : Coureur
Vers 400 av n.è.
Sully 1er salle 44 vit 5
                           
Dans l’antiquité, toutes les courses à pied n’étaient pas des sprints. Le dolichos par exemple était une épreuve d’endurante.. AA220

La course chrétienne l’est aussi. C’est en persévérant jusqu’au bout que l’on reçoit le prix. Peu avant sa mort Paul a pu dire : « Le moment de mon départ est arrivé. J’ai combattu le bon combat. J’ai achevé ma course. J’ai gardé la foi. Le prix de la victoire (..) est déjà préparé pour moi. » - 2 Timothée 4:6,7, Bible du Semeur
                           
 

Victoire (Niké) couronnant un athlète

G 502
 

Vers 400 - 375 avant J.-C
Sully 1er salle 39
vit 9 : scènes athlétiques
 
Nikê signifie victoire

en grec.
 
Des artistes
ont représenté
cette déesse ailée
de la victoire
couronnant le vainqueur

Eux le font pour une couronne corruptible

Dans les concours le vainqueur recevait une couronne faite de feuilles et de fleurs. AA218 Avec cette image présente à l’esprit, Paul demande aux Corinthiens : « Ne avez-vous pas que les coureurs, dans une course, courent tous, mais qu’un seul reçoit le prix ? Courez de manière à l’obtenir. Eux le font pour une couronne corruptible, mais nous, une incorruptible. » (1 Corinthiens 9:24,25). Quelle différence ! Le même prix est offert à tous ceux qui achèvent la course. Au sujet de cette couronne de bien plus grande valeur, l’apôtre Pierre dira : « Vous recevrez la couronne de gloire qui ne peut se flétrir. » - 1 Pierre 5:4
                           

Coupe à l'aurige vainqueur   

CA 5920


IVe - Ve siècle après J.-C.
 
Terre cuite,


 
Denon RdC

salle 30 vitr 1
   
Les cités grecques
aimaient partager
la gloire de leurs
athlètes. Leur retour
était acclamé par un
cortège triomphal.

C’est la métaphore
de Paul :
« Grâces soient
rendus à Dieu qui
nous conduit
dans un cortège
triomphal en
compagnie
du Christ. »
2 Corinthiens 2:14
                           
L'aurige (cocher), vainqueur à la course comme l'indiquent la palme qu'il tient d'une main et la couronne qu'il tend vers la foule, est coiffé d'un casque et vêtu d'une tunique sur laquelle il porte une protection rembourrée à manches longues maintenue par des lanières de cuir. Debout sur la caisse du char, il dirige fièrement le quadrige représenté de face selon les règles propres à l'Antiquité tardive.
                           
L’apôtre faisait peut-être aussi allusion à la coutume romaine d’organiser un cortège de célébration en l’honneur d’un général qui avait vaincu des ennemis de l’État. On exposait alors le butin ainsi que les prisonniers de guerre et on menait des taureaux au sacrifice. La métaphore de l’agréable parfum de Christ (verset 15) qui signifierait la vie pour certains et la mort pour d’autres est “ sans doute tirée de la coutume romaine de brûler de l’encens sur le chemin du cortège. Le parfum qui était synonyme de triomphe pour les vainqueurs rappelait aux captifs l’exécution qui les attendait probablement. ”  AA312
                           
Les champions des jeux antiques étaient très admirés. Ils étaient auréolés de gloire et représentaient un modèle pour les jeunes athlètes. Quel ‘ champion ’ les chrétiens prennent-ils pour modèle ? En prenant l’exemple des ‘ témoins ’ du passé qui furent non des spectateurs passifs, mais déjà des coureurs et des modèles de foi, Paul répond : « Courons avec endurance la course qui est placée devant nous, tandis que nous avons les yeux fixés sur l’Agent principal de notre foi : Jésus. » - Hébreux 12:1,2 
                           
                           
                           
                           
                           

 





Vers visite rapide

Vers visite guidée

Antiquités orientales    Département antiquités orientales
Antiquités égyptiennes    Département antiquités égyptiennes
Antiquités romaines    Département antiquités romaines