Découvrez
Ajoutez à vos favoris
Recommandez LB
le Louvre avec la Bible
default|default.titre
default|default.titre
S'inscrire à la newsletter !
www.louvrebible.org
Actualités
Tableau du mois
Oeuvre du mois
Livre du mois
Article du mois
Emplacement
Mésopotamie archaïque
Mésopotamie
Assyrie Ninive
Arslan Tash Til Barsip
Iran Palais de Darius
Phénicie Arabie Palmyre
Levant Syrie côtière
Ougarit Byblos
Grand Sphynx Le Nil
Les loisirs Le temple
Les sarcophages
La momie
Le livre des morts
Les dieux
Ancien et Nouvel Empire
L écriture et les scribes
Salle Campana
Salle des Bronzes
Salle des Caryatides
Art romain
Epoque Julio-Claudienne
Antiquité tardive
Gaule, Afrique et Syrie
Visite thématique
Recherche une oeuvre
Recherche sur un thème
Visite ludique
Le saviez-vous - série 1
Le saviez-vous - série 2
Le saviez-vous - série 3
Diaporama
En savoir plus ?
Commander le livre par Internet
Bon de commande A imprimer
Contact
Bibliographie
Notes
Glossaire


Astronomie ou Astrologie ?

 
L’astronomie est l’étude scientifique de l’univers, de sa constitution, de ses lois et de son évolution. L’astrologie est une pseudo-science relevant de la divination. Dans la Bible, elle est proscrite sous toutes ses formes. Cet art cherche à déterminer l’influence des astres sur le cours de la vie des humains afin de faire des prédictions.  AA252
               
 
L'Astronome ou plutôt L'Astrologue
 
RF 1983-28
 
Johannes ou Jan VERMEER
Delft, 1632 - Delft, 1675
 
Richelieu 2ème étage
Hollande salle 38

De la période finale,
froide et parfaite, de Vermeer,
tendant vers une stylisation
archaïsante et une manière fine,
toujours plus soignée.
 
Variation sur le thème,
très apprécié dans la
Hollande du XVIIe siècle,
du savant - ou du sage -
au travail, dans la tradition
des figures de saint Jérôme
et des ermites en prière
ou en méditation.
               
Les objets d'astronomie (globe de Hondius, 1600, manuel de Metius, 1621), dûment identifiés, montrent la qualité du réalisme vermeerien. Le Géographe du musée de Francfort et l'Astronome furent longtemps associés (au moins de 1710 à 1797) sans être pour autant de véritables pendants.

Phénomènes astronomiques dans la Bible

Au moins trois phénomènes astronomiques sont rapportés dans la Bible : « le soleil se tint donc immobile, et la lune s’arrêta vraiment, jusqu’à ce que la nation ait pu se venger de ses ennemis » (Josué 10:12-13) ; l’ombre qui recule de dix marches au temps du roi Hizquiza (2 Rois 20:8-11) et l’étoile de Bethléem (Matthieu 2:1-11)
               
Josué arrêtant le soleil

 inv 3438

 
Jacques COURTOIS,
dit LE BOURGUIGNON
 
Saint-Hippolyte (Doubs),
1621 - Rome, 1676
 
Denon 1er étage salle 18
               
Selon une encyclopédie, il ya 3 façons d’expliquer ces événements. Il pourrait s’agir d’une exagération poétique du rédacteur ou d’une allusion à un phénomène naturel (par une action sur la réfraction de la lumière). AA126
               
Mais la Bible elle-même indique que ces miracles sont l’œuvre de Dieu et une manifestation de sa puissance. Ce pouvoir divin sur la lumière est également intervenu lors de la mort de Jésus. Le récit de Luc (23:43-44) signale qu’il y eut « des  
 
Au moins trois phénomènes astronomiques extraordinaires
sont rapportés dans la Bible
 
               
ténèbres sur toute la terre, et que la lumière du soleil avait disparu ». Longtemps avant, Dieu avait prouvé qu’il pouvait occulter la lumière du soleil lors de la neuvième plaie d’Egypte (Exode 10:21-23). Cela dura trois jours, autrement dit plus longtemps qu’une éclipse de soleil. Pendant ce temps, dans le pays de Goshèn tout proche, les Israélites avaient de la lumière.
               
Uranie     inv 8059
 

Vers 1652 - 1655

H. : 1,16 m. ; L. : 0,74 m.
 
Provient du lambris de la chambre des Muses
à l'hôtel Lambert, à Paris ;
collection de Louis XVI (acquis en 1776)
 
Richelieu 2ème étage salle 17

Uranie (Ο?ραν?ς / Ouranós, « le Ciel »)

était la muse qui présidait à l’astronomie et
à l’astrologie, les deux disciplines étant indissociables chez les Grecs.

Elle montre d'un doigt le ciel et tient dans
la main gauche un compas pour prendre des mesures sur son globe céleste.

 
               
 
« Connais-tu les
 
 lois du ciel ? »
  
Job 38:33, Thompson
   
 
« Les cieux proclament la gloire
de Dieu et l’œuvre de ses mains
l’étendue (du ciel) l’annonce. »
 
 Psaume 19:1
 
               
La Bible aussi donne des renseignements dans le domaine de l’astronomie. Plusieurs constellations sont mentionnées dans le livre de Job. «  Peux-tu nouer les liens de la constellation de Kima, ou peux-tu desserrer les cordes de la constellation de Kesil ?  Peux-tu faire sortir la constellation de Mazzaroth en son temps fixé ? Et la constellation d’Ash avec ses fils, peux-tu les conduire ? Es-tu parvenu à connaître les ordonnances des cieux ? » (Job 38 :31-33). La constellation de Kima désignait peut-être le groupe des Pléiades, et celle de Késil la constellation d’Orion. Ce rédacteur biblique ne savait rien des forces invisibles qui retiennent ensemble les corps célestes. 3000 ans après Job, Johannes Keppler, Isaac Newton, avec sa théorie de la gravitation puis Albert Enstein, confirmeront combien les paroles de Job étaient bien plus en avance sur son temps que les théories de l’éminent Aristote. AA250
               
 
Diane auprès du cadavre d'Orion         RF 1997-30     

Daniel SEITER   Vers 1685
 
Denon 1er étage salle 20
 
 
 
Diane, qu'Orion avait tenté de séduire, le tua en envoyant un scorpion qui le piqua au talon ; pour avoir rendu ce service, le scorpion fut transformé en constellation et Orion subit le même sort.
               
L’astrologie tient très tôt une grande place dans le culte et dans l’art de la divination. Le Soleil, la Lune et les planètes sont considérés comme les habitations des dieux. On identifiait la planète Jupiter à Mardouk, Vénus à Ishtar, Saturne à Ninourta, Mercure à Nébo, Mars à Nergal. Les prêtres, appelés plus tard les mathematici, croyaient que l’interprétation exacte des mouvements de ces corps célestes leur révélerait les intentions des dieux. A182

Astrologie, culte des étoiles et Babylone

L’astrologie tient une grande place dans l’art de la divination dès le IIe millénaire av.n.è lorsque les prêtres babyloniens établissent le zodiaque. Ce terme vient d’un mot grec qui signifie « cercle d’animaux ». Les signes ne correspondent plus aux constellations qui leur valurent leur nom à l’origine.  AE10  
 « Tu t’épuises à consulter
les astrologues. Eh bien, qu’ils se
présentent et qu’ils viennent te sauver,
ceux qui partagent le ciel en zones
et observent les astres ! » - 
Isaïe 47:13,14,
Bible en français courant
               
Le culte des étoiles était particulièrement dominant à Babylone. Dès son origine, l’astrologie est liée à la religion A183. Aux jours du prophète Daniel, l’astrologie est si répandue en Chaldée (Babylonie) que le terme « Chaldéens » est presque synonyme « d’astrologues » (Daniel 4:7; 5:7,11). Daniel a été témoin de l’incapacité de ces ‘prêtres-magiciens’ à prédire la chute de Babylone. Remarquons qu’Isaïe avait annoncé deux siècles auparavant avec une pointe d’ironie : « Tu t’épuises à consulter les astrologues. Eh bien, qu’ils se présentent et qu’ils viennent te sauver, ceux qui partagent le ciel en zones et observent les astres ! » - Isaïe 47:13,14, Bible en français courant.
               
 
Calendrier zodiacal     AO 6448   
 
Richelieu salle 3 vitrine 15 (27)
 

Cette tablette appartenait à un ouvrage en douze volumes, chacun étudiant un signe du zodiaque. Le revers montre une femme tenant un épi ; c’est la constellation du sillon (La Vierge). Au centre une étoile à huit branches est identifiée par son inscription, c’est la planète Mercure.

               
A gauche la constellation du corbeau. L’oiseau picore le bout de la queue de l’hydre, appartenant au signe précédent. On note la division en douze cases, correspondant à un mois de l’année.
               

Kudurru du roi Meli-Shipak II     Sb 22        
Richelieu salle 3

Titre de propriété placé sous la protection des divinités, ces stèles de pierre, sculptées et inscrites sur les deux faces, sont le support d’actes de donations décidés par le souverain. Sur cette borne, c’est l’ensemble des grandes divinités symbolisées par leur emblème qui sont rassemblées en un véritable microcosme symbolique, hiérarchisé en registres superposés. Sur l’orbe de la stèle comme sur la voûte céleste se tiennent les divinités astrales, Sîn, la lune, Shamash, le soleil, et Ishtar, sous la forme de l’étoile figurant la planète Vénus. Les dieux sont représentés par leurs symboles : les tiares à six rangs de cornes pour Anu et Enlil, la tête de bélier et le poisson-chèvre pour Ea/Enki, et enfin l’emblème de la déesse de la terre, Ninhursag.

 
               
Les serviteurs de Dieu prirent fermement position contre le culte des astres. Ils partageaient la conception des Ecritures, les considérant comme de simples corps matériels qui ne dominaient pas l’homme mais lui servaient de luminaires et de repères temporels. On trouve cet interdit dans le décalogue : « Tu ne dois pas te faire d’image sculptée, ni de forme qui ressemble à quoi que ce soit qui est dans les cieux en haut, ou qui est sur la terre en bas, ou qui est dans les eaux sous la terre. Tu ne dois pas te prosterner devant eux. » - Exode 20:4-5.

Bible et Zodiaque

 
 
« Tu ne dois pas te faire d’image sculptée, ni de forme qui ressemble à quoi que ce soit qui est dans les cieux en haut […] Tu ne dois pas te prosterner devant eux. »

Exode 20 :4-5

  Le fidèle roi Josué « destitua les prêtres des dieux étrangers […] qui faisaient de la fumée sacrificielle pour Baal, pour le soleil, pour la lune, pour les constellations du zodiaque. » (2 Rois 23:5). Cette dernière expression vient du mot hébreu mazzalôth, au pluriel, qui n’apparaît qu’une fois dans la Bible. Il est à noter que les signes du zodiaque se sont introduits dans les cathédrales de la chrétienté, et à Paris on peut les voir sur le portail gauche, et autour de Marie dans l’immense rose centrale de Notre-Dame de Paris et en Bourgogne AE11
      sur la façade de la basilique du Vézelay.
Les historiens de l'art ont depuis longtemps
 
 
« Levez vos yeux en haut
et voyez.  Qui a créé
ces choses? »
 
Isaïe 40:26. 
  constaté cette influence. AE12

Dieu invite ses serviteurs à examiner les cieux,
non à des fins d’études astrologiques ou pour
se livrer à quelque faux culte, mais pour
prendre conscience de la grandeur de sa création :
               
« Levez vos yeux en haut et voyez. Qui a créé ces choses? C’est Celui qui fait sortir leur armée d’après le nombre, et qui les appelle toutes par leur nom. Par suite de l’abondance d’énergie vive, car il est également puissant par la vigueur, pas une d’entre elles ne manque. » - Isaïe 40:26.

 





Vers visite rapide

Vers visite guidée

Antiquités orientales    Département antiquités orientales
Antiquités égyptiennes    Département antiquités égyptiennes
Antiquités romaines    Département antiquités romaines