Découvrez
Ajoutez à vos favoris
Recommandez LB
le Louvre avec la Bible
default|default.titre
default|default.titre
S'inscrire à la newsletter !
www.louvrebible.org
Actualités
Tableau du mois
Oeuvre du mois
Livre du mois
Article du mois
Emplacement
Mésopotamie archaïque
Mésopotamie
Assyrie Ninive
Arslan Tash Til Barsip
Iran Palais de Darius
Phénicie Arabie Palmyre
Levant Syrie côtière
Ougarit Byblos
Grand Sphynx Le Nil
Les loisirs Le temple
Les sarcophages
La momie
Le livre des morts
Les dieux
Ancien et Nouvel Empire
L écriture et les scribes
Salle Campana
Salle des Bronzes
Salle des Caryatides
Art romain
Epoque Julio-Claudienne
Antiquité tardive
Gaule, Afrique et Syrie
Visite thématique
Recherche une oeuvre
Recherche sur un thème
Visite ludique
Le saviez-vous - série 1
Le saviez-vous - série 2
Le saviez-vous - série 3
Diaporama
En savoir plus ?
Commander le livre par Internet
Bon de commande A imprimer
Contact
Bibliographie
Notes
Glossaire


Cybèle Maman
 
 
La date de la fête des Mères varie d'un pays à l'autre, mais la majorité d'entre eux ont choisi de la célébrer en mai.
 
Quel est le lien entre Cybèle et la fête des mamans ? Aucun à priori, d’autant que cette fête populaire est actuellement déconnectée de toute implication religieuse. Elle est pourtant « issue de l’adoration de la mère pratiquée dans la Grèce antique. Le culte solennel de la mère, qui comportait des cérémonies en l’honneur de Cybèle ou Rhéa, la Grande Mère des dieux, était célébré aux Ides de mars dans toute l’Asie Mineure ». AR21
           
 
Cybèle assise sur un trône    CA 1797
 
Sully 1er salle 36 vitrine 18 (5)
 
  
Cybèle (gr : Kybelè) est le nom
latin  d’une déesse née en Phrygie, Asie mineure ; elle est connue par les Grecs
sous le nom de Rhéa.
 
Femme du titan Cronos, elle est honorée
à Rome comme la Grande Mère des dieux.
Elle trône souvent sur un siège
flanqué de lions.
 
Son culte introduit à Rome sous sa forme primitive avec son clergé célibataire, était
dirigé par des prêtres eunuques appelés corybantes. A. Hislop fait remonter
à Babylone l’origine du culte de cette
mère si généralement adorée. AR20

Cybèle assise sur un trône

       
Les premières traces de célébration en l'honneur des mères sont présentes dans la Grèce antique lors des cérémonies printanières en l'honneur de Rhéa ou Cybèle. Une fête religieuse romaine célébrait les matrones le 1er mars lors des Matronalia. Au XVè siècle, les Anglais fêtaient le Mothering Sunday, d'abord au début du carême puis le quatrième dimanche du printemps.

Cybèle et fête des mères

En 1908, les Etats-Unis développent la Fête des mères moderne telle qu'on la fête de nos jours, en instaurant le Mother’s Day en souvenir de la mère de l'institutrice Anna Jarvis. Ce jour fut officiellement consacré en 1914 par le président Woodrow Wilson. AA118    
Cybèle, grande déesse de la Phrygie, connue par les Grecs
sous le nom de Rhéa,
est appelée Grande Mère
ou Mère des Dieux.
 
           
En France, la ville de Lyon célèbre en 1918 la journée des Mères en hommage aux mères et aux épouses qui ont perdu leurs fils et leur mari pendant la Première Guerre mondiale.       

La Loi du 25 mai 1950
fixe en France la date
 de la fête au dernier
 dimanche de mai.

 
           
En 1941, le régime de Vichy inscrit la fête des Mères au calendrier, dans le cadre de la politique nataliste. Institution confirmée en 1950 par « la République française qui rend officiellement hommage chaque année aux mères françaises au cours d'une journée consacrée à la célébration de la « Fête des mères ». AA119 
           
 
La Naissance du dauphin       Inv 1776
 
Petrus Paulus RUBENS
 
Richelieu    2ème étage Rubens
Galerie Médicis salle 18
   
 
Sur un superbe fond de draperie
rouge, censée évoquer le rideau du lit - comme une draperie d'honneur dans
les portraits princiers -, la reine, lasse de son accouchement mais radieuse,
est protégée par Cybèle,
la mère des dieux ou Magna Mater,
tandis que la Justice se penche sur l'enfant (le futur Louis XIII, dit Louis le Juste)
que tient le Génie de la Santé.
 
À gauche, la Fécondité avec sa corne d'abondance dans laquelle, par un habile raccourci, cinq têtes d'enfants font allusion à la descendance de la reine.
           

Saturne enlevant Cybèle  

 
MR 2084
 
Thomas REGNAUDIN
 
Richelieu Cour Pujet
  
 
Un des quatre groupes d'enlèvement
avec Borée et Orithye de Marsy,
destinés au parterre d'eau du parc
de Versailles, tel que le peintre Charles
Le Brun l'avait conçu en 1674.

Les quatre grands groupes représentant les quatre éléments, ici la terre, auraient pris place au sein de nombreuses figures, réunies par groupes de quatre pour représenter les éléments, les parties du monde, les heures du jour, les poèmes, les tempéraments de l'homme, les saisons.
  
La terre est représentée par la déesse Cybèle, qu'accompagne son lion symbolique, enlevée par Saturne, ou Chronos, pour former le couple d'où naîtront les douze dieux de l'Olympe.
  
Réalisé par Regnaudin de 1675 à 1687,
ce marbre fut placé en 1687 au parterre
de l'Orangerie à Versailles, puis porté
en 1716 près du bassin circulaire
du jardin des Tuileries.
 
           
La Bible ordonne certes aux enfants d‘honorer leurs parents (Ephésiens 6:1). Mais nulle part elle ne justifie la célébration d’une fête spéciale en l’honneur des mères.
           
           
           
           
           
           
           
           
           
           
           
           
           
           

 





Vers visite rapide

Vers visite guidée

Antiquités orientales    Département antiquités orientales
Antiquités égyptiennes    Département antiquités égyptiennes
Antiquités romaines    Département antiquités romaines