Découvrez
Ajoutez à vos favoris
Recommandez LB
le Louvre avec la Bible
default|default.titre
default|default.titre
S'inscrire à la newsletter !
www.louvrebible.org
Actualités
Tableau du mois
Oeuvre du mois
Livre du mois
Article du mois
Emplacement
Mésopotamie archaïque
Mésopotamie
Assyrie Ninive
Arslan Tash Til Barsip
Iran Palais de Darius
Phénicie Arabie Palmyre
Levant Syrie côtière
Ougarit Byblos
Grand Sphynx Le Nil
Les loisirs Le temple
Les sarcophages
La momie
Le livre des morts
Les dieux
Ancien et Nouvel Empire
L écriture et les scribes
Salle Campana
Salle des Bronzes
Salle des Caryatides
Art romain
Epoque Julio-Claudienne
Antiquité tardive
Gaule, Afrique et Syrie
Visite thématique
Recherche une oeuvre
Recherche sur un thème
Visite ludique
Le saviez-vous - série 1
Le saviez-vous - série 2
Le saviez-vous - série 3
Diaporama
En savoir plus ?
Commander le livre par Internet
Bon de commande A imprimer
Contact
Bibliographie
Notes
Glossaire


Carnaval en tableaux

 

Après avoir reçu les ambassadeurs dans la salle du Collège du palais ducal, le doge offre un déjeuner dans la salle dite des Banquets. De nombreux personnages ont le visage recouvert de la bauta, le masque blanc porté lors du Carnaval.
           
 
Le doge de Venise
offre à déjeuner
aux ambassadeurs
 
INV 20801
 

Francesco GUARDI

Venise, 1712 - Venise, 1793
 
 
Denon 1er étage
Les fêtes vénitiennes salle 23
           
Ce tableau fait partie d'une série de douze évoquant les solennités organisées en 1763 lors de l'élection du doge Alvise IV Mocenigo (1763 - 1778), qui est peut-être à l'origine de leur commande. Guardi a peint les cérémonies qui eurent lieu en mai 1763, ainsi que les fêtes qui les suivirent à divers moments de l'année. La série a sans doute été peinte entre 1775 et 1780, d'après des gravures de Giambattista Brustolon réalisées à partir de 1766 sur des dessins de Canaletto. Les deux tableaux manquants ont été envoyés en 1802 aux musées de Bruxelles et de Grenoble. ww.louvre.fr

Bacchanales et les fêtes du carnaval : des similitudes

La Bible dit qu’il y a « un temps pour rire […]
et un temps pour bondir. » (Ecclésiaste 3 :4).
Le mot hébreu pour « rire » peut également être
traduit par « fêter ». Il n’y a rien de mal à s’amuser sainement, à être joyeux et à se réjouir.
- 1 Samuel 18 :6, Ecclésiaste 3:22 ;9 :7.
 

Les festivités en l’honneur

de Bacchus étaient

le modèle type de l’orgie

           
Les chrétiens sont invités à « marcher avec décence, non pas dans les orgies. » (Romains 13:13). Le mot kômos figure trois fois dans les Ecritures grecques, toujours dans un sens défavorable (voir aussi galates 5 :21 et 1 Pierre 4 :3).
           
Scène de carnaval,
ou Le Menuet
 
 
RF 1938-100
 

Giandomenico TIEPOLO

Venise, 1727
 
 
Denon 1er étage
 
Tiepolo salle 25
           
Pendant de L'Arracheur de dents (R.F. 1938-99). Autrefois attribué à Giambattista Tiepolo. Se trouvait dans la collection du comte Francesco Algarotti, à Venise, en 1765, puis dans celle de la princesse Mathilde Bonaparte.
           
Les festivités en l’honneur de Bacchus étaient le modèle type de l’orgie. Les Grecs appelaient komos ou divertissement le spectacle donné par une troupe de gens portant les phallus sacrés et chantant des poèmes lyriques. Le mot kômos vient de Comus, le dieu du banquet ; d’où le nom de Comastes donnés à ces orgies licencieuses. On a établit des similitudes entre les Bacchanales et les fêtes du carnaval.
 
Et cette ressemblance est telle qu’un adorateur de Bacchus qui reviendrait aujourd’hui ne serait nullement dépaysé, à Venise ou à Rio.
           
Voir aussi        
           
     Dionysos et les saisons    
           
           

 





Vers visite rapide

Vers visite guidée

Antiquités orientales    Département antiquités orientales
Antiquités égyptiennes    Département antiquités égyptiennes
Antiquités romaines    Département antiquités romaines