Découvrez
Ajoutez à vos favoris
Recommandez LB
le Louvre avec la Bible
default|default.titre
default|default.titre
S'inscrire à la newsletter !
www.louvrebible.org
Actualités
Tableau du mois
Oeuvre du mois
Livre du mois
Article du mois
Emplacement
Mésopotamie archaïque
Mésopotamie
Assyrie Ninive
Arslan Tash Til Barsip
Iran Palais de Darius
Phénicie Arabie Palmyre
Levant Syrie côtière
Ougarit Byblos
Grand Sphynx Le Nil
Les loisirs Le temple
Les sarcophages
La momie
Le livre des morts
Les dieux
Ancien et Nouvel Empire
L écriture et les scribes
Salle Campana
Salle des Bronzes
Salle des Caryatides
Art romain
Epoque Julio-Claudienne
Antiquité tardive
Gaule, Afrique et Syrie
Visite thématique
Recherche une oeuvre
Recherche sur un thème
Visite ludique
Le saviez-vous - série 1
Le saviez-vous - série 2
Le saviez-vous - série 3
Diaporama
En savoir plus ?
Commander le livre par Internet
Bon de commande A imprimer
Contact
Bibliographie
Notes
Glossaire


La Saint - Valentin,
 
Une fête qui a changé de nom
 
 
Mots clés :  Saint-Valentin, Cupidon, Eros, Pan, Lupercales, pape Gélase 1er
 
Le jour de la Saint-Valentin, le 14 février, est considéré dans de nombreux pays comme la fête des amoureux. Les coutumes attachées à la fête qui porte le nom de ce martyr chrétien proviennent d’une ancienne fête orgiaque romaine. Celle-ci était liée au culte de Faunus, dieu représenté sous les traits d’un personnage mi-homme mi-bouc. Elle était célébrée chaque année le 15 février et honorait Junon, déesse romaine des femmes et Pan, le dieu de la nature. Afin de donner un sens ‘ chrétien ’ à cette fête païenne, le pape Gélase changea en 496 la fête des lupercales du 15 février en Saint-Valentin, le 14. Mais la signification sentimentale de la fête antique est restée.
           
 
L'Amour menaçant          RF 296

Marbre

Richelieu   R-d-c     Falconet salle 22
 

L'œuvre, commandée
par Mme de Pompadour, fut exposée
au Salon de 1757. Elle orna les jardins de l'hôtel d'Évreux, futur palais de l'Élysée, demeure parisienne de la marquise.
 
L'iconographie est celle de
l'Amour silencieux : l'espiègle Cupidon demande le silence pendant qu'il tire
une flèche de son carquois.
 
Cupidon (latin cupido, désir, amour)
est le dieu romain de l’amour
que l’on identifie à Éros chez les Grecs.
 
Il est habituellement représenté
sous les traits d’un beau petit garçon
portant des ailes, ayant les yeux bandés,
et tenant un arc et des flèches.
 
La fête est maintenant associée
à l’échange mutuel de cartes illustrées
de symboles tels qu’un cœur
ou un Cupidon ailé.
           
À l’origine fête de l’Église catholique, le jour de la Saint-Valentin n’aurait pas été associé avec l’amour romantique avant le haut Moyen Âge mais avec l'amour physique. Le rapprochement entre la Saint-Valentin et l’amour courtois n’est mentionné dans aucune histoire ancienne et est considéré par des historiens comme une légende. La première mention du jour de la Saint-Valentin avec une connotation amoureuse remonte au XIVe siècle en Angleterre.
         
 
Quel rapport y a-t-il donc
 
entre Cupidon
 
et le jour de la Saint-Valentin?
 
 
Eros (Cupidon)   MND 318 (n° usuel Ma 3307)

Oeuvre romaine d'époque impériale
(Ier - IIe siècle après J.-C. ?)
Sardes (Turquie)
 
Denon R-d-Ch      Cour du Sphinx salle 31
 
 
Eros, reconnaissable aux mèches nouées
sur son front, tenait une flèche dans la main droite et probablement un arc dans la main gauche. Un reste de carquois subsiste
derrière la cuisse gauche. Le sculpteur
romain s'inspire peut-être d'un modèle
grec du IIIe siècle avant J.-C.
           
 
 
L’association du milieu du
mois de février avec
l’amour et la fertilité
date de l’antiquité
 
   

La Saint-Valentin tire son origine dans la Grèce antique, à une époque où le culte du dieu Pan était en vogue.

 
           
L’association du milieu du mois de février avec l’amour et la fertilité date de l’antiquité. Dans le calendrier de l’Athènes antique, la période de mi-janvier à mi-février était le mois de Gamélion, consacré au mariage sacré de Zeus et de Héra.
 
Ce qu’on appelle la Saint-Valentin tire son origine dans la Grèce antique, à une époque où le culte du dieu Pan était en vogue. Ce dieu de la fertilité, que la mythologie présente comme un personnage mi-homme mi-bouc, au tempérament agité et imprévisible, terrorisait les humains. D’ailleurs, le terme français “panique” signifie littéralement “relatif à Pan”. Pan était censé garder les troupeaux en jouant de la flûte. Il entretenait de multiples liaisons avec les nymphes et les déesses. Une sculpture le montre en train de faire des avances à Aphrodite, déesse de l’amour. Éros, le dieu de l’amour, voltige au-dessus d’eux en battant des ailes — exactement comme les cupidons représentés aujourd’hui sur les cartes de la Saint-Valentin.
           
 
Faunus est le protecteur des troupeaux. Il leur donne la fécondité et les défend contre les loups, d'où le nom de  Lupercus qui lui est souvent attribué  (de Lupus : « loup »).
   
Cette fête est aussi liée au
culte de Faunus,
dieu romain représenté sous les
traits d’un personnage
mi-homme mi-bouc
 
           
À Rome, le culte d’un dieu semblable, appelé Faunus, était très répandu. Celui-ci était également représenté sous les traits d’un personnage mi-homme mi-bouc. Le culte de Faunus battait son plein aux Lupercales, fête orgiaque célébrée chaque année le 15 février. AA103
           
       
           
 
Vénus terrestre avec Éros et Vénus céleste avec Antéros et deux autres cupidons, dit Allégorie de l'Amour   RF 2106                  
Giovanni A Bazzi, dit SODOMA    vers 1508

Denon 1er étage Salle des Sept-Mètres salle 4
   
Vénus, l'Hymen et l'Amour     DL 1970-18
Pierre-Paul PRUD'HON    vers 1793
L'Hymen, dieu des mariages, et le petit Cupidon, dieu de l'amour charnel, se pressent contre leur mère Vénus. Le sfumato, le modelé immatériel et le sourire de Vénus renvoient à Léonard de Vinci.
 
           
Au moins trois saints différents sont nommés Valentin, tous trois martyrs. Leur fête a été fixée le 14 février par décret du pape Gelase 1er , aux alentours de 498. Il a certes aboli les lupercales. Mais le pendant moderne de cette fête subsiste sous le nom de Saint-Valentin. AR4
           
       

Afin de donner un sens ‘chrétien’ à cette fête païenne,

le pape Gélase changea en 496 la fête des lupercales du 15 février en Saint-Valentin, le 14. 

 
           
Différentes théories circulent quant à l’origine de ce nom “christianisé”. Selon une de ces versions, au IIIe siècle de notre ère, l’empereur romain Claude II interdit aux jeunes hommes de se marier. L’empereur pensait que les célibataires faisaient de meilleurs soldats. Un prêtre appelé Valentin se mit à désobéir à l’ordre impérial en mariant secrètement de jeunes couples. De nombreux récits indiquent que Valentin fut exécuté vers 269 de notre ère, un 14 février. Pour d’autres, Valentin prêtre de Rome, fut emprisonné pour avoir porté secours aux chrétiens persécutés. Il se convertit et fut battu à mort. Sa fête tombe le 14 février. L’ancienne coutume qui consistait à choisir sa Valentine n’avait que peu de rapport avec le saint. C’était avant tout une réminiscence de la fête romaine antique des Lupercales ou encore une analogie avec la saison des amours chez les oiseaux. AA104
           
Quelle que soit l’origine exacte de la Saint-Valentin, il apparaît clairement que cette fête a changé de nom et qu’elle puise aux anciennes croyances païennes et au catalogue des  « saints » établi par la chrétienté.
           
           
           
           
           
           

 





Vers visite rapide

Vers visite guidée

Antiquités orientales    Département antiquités orientales
Antiquités égyptiennes    Département antiquités égyptiennes
Antiquités romaines    Département antiquités romaines