Découvrez
Ajoutez à vos favoris
Recommandez LB
le Louvre avec la Bible
default|default.titre
default|default.titre
Jouez avec LouvreBible !
quiz.louvrebible.org
S'inscrire à la newsletter !
www.louvrebible.org
Actualités
Tableau du mois
Oeuvre du mois
Livre du mois
Article du mois
Emplacement
Mésopotamie archaïque
Mésopotamie
Assyrie Ninive
Arslan Tash Til Barsip
Iran Palais de Darius
Phénicie Arabie Palmyre
Levant Syrie côtière
Ougarit Byblos
Grand Sphynx Le Nil
Les loisirs Le temple
Les sarcophages
La momie
Le livre des morts
Les dieux
Ancien et Nouvel Empire
L écriture et les scribes
Salle Campana
Salle des Bronzes
Salle des Caryatides
Art romain
Epoque Julio-Claudienne
Antiquité tardive
Gaule, Afrique et Syrie
Visite thématique
Recherche une oeuvre
Recherche sur un thème
Visite ludique
Le saviez-vous - série 1
Le saviez-vous - série 2
Le saviez-vous - série 3
Diaporama
En savoir plus ?
Commander le livre par Internet
Bon de commande A imprimer
Contact
Bibliographie
Notes
Glossaire


La nativité et l’arbre de Noël

 

par Oscar Cullmann (1993) 

 
Dans cet ouvrage, l’auteur montre le lien étroit existant sur le plan historique entre la date de Noël et la fête de l’Epiphanie.
           
 
La nativité et l’arbre de Noël,
Les origines historiques par
 
Oscar Cullman
 
Les Editions du cerf, Paris, 1993
 
 
 
Né en 1902 à Strasbourg,
membre de l’Institut,
Oscar Cullman est
l’un des meilleurs protagonistes
de l’œcuménisme.

Il a publié aux Editions du Cerf
L’Unité par la diversité (1986)
et  Les voies de l’Unité
chrétienne (1992)

Date de Noël et fête de l’Epiphanie, un lien historique ?     

Dans la deuxième partie cette édition, Cullmann s’attarde sur les parentés théologique entre les coutumes de Noël et l’histoire de l’arbre de Noël. Dans la première partie, il revient sur l’aspect historique. « Les débuts de la fête de Noël m’occupent depuis de longues années. Ayant constaté que c e problème historique n’était pas toujours familier – même aux gens cultivés – je l’avais traité pour la première fois en 1947. »
 
Avec cette remarque : « Ce que nous apporterons sera un aperçu historique. Dans ces conditions, si la question de la nature de la fête surgit dans l’alternative : « païenne ou chrétienne », c’est dans le cadre historique et à la lumière des résultats fournis par la science historique qu’elle sera traitée. La question de savoir s’il est justifié de célébrer Noël au sein de l’Eglise est un problème théologique. »  (page 16)
           
 

« La question de savoir s’il est justifié de célébrer Noël au sein de l’Eglise est un problème théologique. »

    Il est surprenant de constater combien est profonde l’ignorance de questions élémentaires se rapportant à l’histoire de l’Eglise et des dogmes.    
           
 

Les auteurs des évangiles ne mentionnent pas le jour de la naissance du Christ,

et nous ne disposons d’aucune autre source.

   

Notre fête de Noël,

célébrée le 25 décembre,

a été ignorée des chrétiens des trois premiers siècles.

 
           
«Il est vraiment surprenant de constater combien est profonde aujourd’hui, même parmi ceux qui attachent du prix à la culture générale, l’ignorance de questions élémentaires se rapportant à l’histoire de l’Eglise et des dogmes.   (page 16)  et il fait cette constation :

Le 6 janvier, les paiens célébraient déjà
une fête en l'honneur de Dionysos

« Notre fête de Noël, célébrée le 25 décembre, a été ignorée des chrétiens des trois premiers siècles. » (page 21). « Les auteurs des évangiles ne mentionnent pas le jour de la naissance du Christ, et nous ne disposons d’aucune autre source. [..] En Palestine, les bergers sont dans les champs de mars-avril à novembre. D’après cela, on pourrait envisager le printemps, l’été et l’automne. »  (page 25) ; et donc pas l’hiver. 
           
 

Ce n’est pas une date,
mais uniquement une pensée théologique qui a donné l’impulsion première.

 
 
Les disciples de Basilide,
gnostique qui vécut à Alexandrie
au second siècle,
fêtaient le 6 janvier,
 le baptême du Christ.
 
           
C’est la première origine perceptible de la fête de Noël.
           
 

La Nativité et l'Adoration des Mages   MI 523

 
GIOVANNI DI FRANCESCO
Florence, vers 1459
Denon 1er ét Salon Carré  salle 3l 
           
« La conscience de l’ignorance dans laquelle on est de ce jour exact montre que ce n’est pas une date, mais uniquement une pensée théologique qui a donné l’impulsion première dans la célébration de la manifestation du Christ sur la terre. » ( p 34). Ce furent surtout les chrétiens d’Orient qui méditèrent sur le mystère de la manifestation de Dieu dans le monde sous la forme d’une personne humaine. Par Clément d’Alexandrie, nous savons que les disciples de Basilide, gnostique qui vécut à Alexandrie au second siècle, fêtaient le 6 janvier, le baptême du Christ. C’est la première origine perceptible de la fête de Noël.
           
Ils représentaient cette opinion hérétique suivant laquelle le Christ divin n’aurait été manifesté sur terre que lors du baptême de Jésus. C’est du nom de cette manifestation, en grec « epiphaneia », que cette fête du baptême de Jésus a été appelée, elle-même, l’Epiphanie. (p. 34)
           
 
 
Pourquoi le 6 janvier ?
 
 
 
Le 6 janvier, les païens
célébraient une fête en
l’honneur de Dionysos.
 
           
Pourquoi le 6 janvier ? Les évangiles ne mentionnent aussi peu la date du baptême de Jésus que celle de sa naissance. Le 6 janvier, les païens célébraient une fête en l’honneur de Dionysos, fête en rapport avec l’allongement des jours ; à cette date on fêtait à Alexandrie la naissance d’Eon, né de la vierge Coré, et ce jour était également consacré à Osiris. Durant cette nuit, les eaux du Nil recevaient, disait-on, un pouvoir miraculeux. Ainsi s’explique le fait que les disciples de Basilide aient choisi cette date pour fêter le baptême du Christ, afin de proclamer en face des païens que l’être divin véritable manifesté sur terre est le Christ. (page 34)
 
On constate que dans la première moitié du IVème siècle l’Eglise, désormais, fêtait l’Epiphanie le 6 janvier, et que dans cette fête elle réunissait le baptême et la naissance du Christ. (p. 35). L’élément primordial était la pensée qui présidait à la fête de cette ‘ manifestation ’, et non la date ; c’est ainsi qu’on a pu aisément modifier, au cours du IVè siècle, la date de la fête de la naissance du Christ. (p. 41).
 
Le choix d’une date, située aux environs du 6 janvier, s’imposa, où dans un monde païen la lumière et le soleil était fêtés d’une façon particulièrement marquante : le 25 décembre. (p. 49)
           
           
           
           
           
           
           
           

 





Vers visite rapide

Vers visite guidée

Antiquités orientales    Département antiquités orientales
Antiquités égyptiennes    Département antiquités égyptiennes
Antiquités romaines    Département antiquités romaines